dimanche 15 novembre 2009

Message aux anciens qui n'ont jamais oublié Europe, notre bien aimée


"Restez près de vos hommes, soyez fraternels, accueillants, compréhensifs. Mais que cela ne dégénère pas en camaraderie de mauvais aloi. Vous avez le devoir strict d’obtenir l’obéissance et le respect, d’en recevoir les marques extérieures en toute circonstance. Exigez-les sans raideur, sans jamais aucune violence ou écart de langage, comme il se doit entre Français, en excusant largement ceux qui ne savent pas, ou n’ont pas hélas ! l’habitude, mais avec fermeté et persévérance.

Sinon, vous serez débordés. (…)

Nous avons exigé la soumission extérieure, pour ainsi dire physique de nos garçons à la vie qui leur est imposée ; il faut maintenant obtenir leur adhésion de cœur. C’est une tâche très lourde, difficile, qui exige à la fois beaucoup de dévouement et d’abnégation, du tact, de la perspicacité, du courage et de la persévérance.

Le seul obstacle que vous puissiez rencontrer et qu’il soit à peu près impossible de vaincre, c’est la force d’inertie totale contre laquelle se brise toute bonne volonté, mais cette force d’inertie totale est très rare chez des sujets jeunes. Beaucoup sont accessibles, émotifs, certains sont ardents, enthousiastes, d’autres se présentent à vous comme couverts d’une cuirasse qui les défend contre votre action, contre une incursion de votre part dans leur domaine privé. Mais il n’y a pas de cuirasse qui n’ait un défaut ; ce défaut, il vous appartient de le chercher, de le trouver, et après avoir touché le point faible de votre homme, de vous en servir pour son bien et celui de la collectivité.

Premier moyen : payer d’exemple, toujours, en toutes circonstances être présent, exact, actif, vigilant.

Deuxième moyen : être essentiellement humain, c’est-à-dire le plus près possible du cœur des Jeunes dont vous devez apprendre à connaître les réactions et pouvoir les pressentir. Soyez justes, mais sincères et vrais. Vous avez de belles et bonnes idées, pensez donc tout haut. Sachez comprendre et être fraternels. La main de fer dans un gant de velours, mais un velours de belle qualité.

Troisième moyen : leur donner non pas le sentiment, mais la preuve palpable que leurs chefs ne sont pas là exclusivement pour les « diriger », seulement au sens hiérarchique du mot, mais pour les « diriger » et les « protéger » à la fois, veillant sur leur bien-être, leur santé, leurs besoins, leur travail et leurs distractions. Pour cela, il est indispensable que les chefs vivent beaucoup plus près de leurs hommes et s’associent à eux aux heures de détente qui sont parfois gaies, mais aussi parfois mélancoliques, étant donné les situations douloureuses dans lesquelles beaucoup se trouvent placés.

Au début, votre présence sera une gêne, certes, mais il vous appartiendra de détendre l’atmosphère ; il faut qu’une intimité de bon aloi s’établisse entre vos Jeunes et vous, qu’ils aient confiance en vous, qu’ils soient fiers de vous, et peu à peu qu’ils s’attachent à vous. Parlez-leur et que votre conversation soit directe, percutante. Intéressez-vous à leur vie, à leurs projets, à leur famille, racontez-leur de belles choses ; il n’en manque pas dans le passé récent ou ancien de notre pays ; narrez-leur les actes de dévouement ou d’héroïsme dont vous avez entendu parler ou dont vous avez été témoin. Dites-vous que la plupart de ces garçons ont été émus à notre premier rassemblement, lorsqu’on leur a présenté les couleurs, et cette émotivité d’un caractère élevé doit être développée.

Beaucoup d’entre vos Jeunes vous cherchent, j’en ai la preuve, ou du moins cherchent à se serrer autour d’un entraîneur, il faut qu’ils vous trouvent et que vous soyez ce guide."

(écrit parGénéral de La Porte du Theil)


« Il est faux de croire que le paganisme est mort. Il est l’une des deux religions officiellement reconnues en Islande. Il est l’unique religion en Mongolie. Il existe aussi en Russie et il est susceptible de renaissance car il a de fortes racines dans l’âme slave. Il a de nouveaux et authentiques bourgeons dans les pays germaniques et celtiques. Il revit chez de nombreux Européens ralliés aux traditions d’Amérique. La deep ecology est implicitement païenne et chez beaucoup même explicitement. Dans la littérature contemporaine il s’exprime fortement chez Lawrence, Giono, Steinbeck (“Au dieu inconnu”). Et n’oublions pas ce puissant vent de résurrection païenne que constitue l’œuvre de Nietzsche. Il ne s’est pas contenté de ressusciter pour nous la Grèce antique et ses deux divinités primordiales (dans le domaine social) Apollon et Dionysos. Il a aussi réveillé le plus profondément la veine germanique en dénonçant le Christianisme comme un blasphème contre la vie, donc contre le divin immanent. Or dans la Germanie antique la joie était pieuse et la tristesse blasphématoire (et par là porteuse de malheur). Le peuple ne se prêterait pas davantage à une résurrection du Christianisme paganisé qu’à celle du paganisme. C’est une démarche impossible parce que la contradiction est devenue trop connue et criante. Ce serait une fatale maladresse qui fortifierait des Églises moribondes ennemies depuis toujours de notre race et de notre âme, retardant les échéances inévitables, maintenant et aggravant la confusion dans les esprits. En un mot comme en cent, ce serait combattre un effet avec sa propre cause. »


Robert Dun

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget