samedi 14 novembre 2009

Le Talmud

La religion juive a quatre livres : Le Torah (le 'vieux testament 'chrétien), le Talmud, le Kabbalah (un livre de mysticisme, d'origine des signes cabalistiques employés par les Illuminés et les franc-maçons) et le Zorah. De ces derniers :


"… le Talmud est à ce jour le sang du coeur de circulation de la religion juive. Quoi que soient les lois, les coutumes ou les cérémonies que nous faisons observer - si nous sommes orthodoxes, conservateurs, réformes ou simplement les personnes spasmodiquement sentimentaux - nous suivons le Talmud. C'est notre droit ordinaire." Herman Wouk - Le Talmud

Dans Erubin 21b (édition de Soncino) il indique :

"Mon fils fasse attention dans l'observance des mots des scribes que dans les mots du Torah."


--------------------------------------------------------------------------------

Le Talmud obtient son nom du mot "Lamud" - enseigné, et veut dire "l'enseignement", c.-à-d., le livre doctrinal qui seul expose et explique entièrement tous les connaissances et les enseignements des personnes juives.

Le Mischnah est la base et la partie principale du Talmud entier. En tant que leurs interprétations ont accru avec le dépassement du temps, les discussions et les décisions des maîtres de la loi ont été notées et ces écritures ont constitué une autre partie du Talmud appelée le Gemarah. En interprétant le Mischnah, chacun des écoles de la Palestine et de Babylone a suivi leur propre méthode et a occasioné un Gemarah double - la version Jérusalem et la version babylonienne.

Le Gemarah est suivi des additions appelées Tosephoth. Ces commentaires ont été encore complétés par d'autres décisions appelées Piske Tosephoth. D'ailleurs ces derniers il y a aussi le Perush.

Ainsi le Mischna, Gemarah, Tosephoth, le Piske Tosephoth et le Perusch Hamischnaioth constituent un vaste travail qui s'appelle le Talmud.

Le commentaire Talmudique sur le Torah (la bible) est leur loi suprême, et pas le Torah lui-même.

Ce que les chrétiens ont pensé du Talmud est amplement prouvé par les nombreux édits et décrets publiés à son sujet, par lequel les règles suprêmes de l'église et de l'état l'ont proscrit beaucoup de fois.

Dans 553 l'empereur Justinian a interdit la diffusion des livres Talmudiques dans tout l'empire romain.

Au 13ème siècle les papes Gregory IX et l'Innocent IV ont condamné les livres du Talmud. Plus tard ils ont été condamnés par beaucoup de Pontifes romains - Jules III, Paul IV, Pius IV, Pius V, Gregory XIII, VIII Clément, Alexandre VII, et Benedict XIV.

Au début du 16ème siècle, (la Réforme) les juifs ont commencé à distribuer le Talmud ouvertement. La première édition imprimée du Talmud, contenant tous ses vituperations contre la religion chrétienne, a été éditée à Venise en l'année 1520.

Vers la fin du 16ème siècle et au commencement du 17ème, les juifs, craignant pour eux-mêmes, ont commencé à effacer quelques portions du Talmud.


"Laissez nos écritures être ouvertes a tout le monde. Laissez-les voir notre code moral !… Dans son attitude envers des non-Juifs, la religion juive est le plus tolérant des religions dans le monde… Nous affirmons par la présente le Talmud ne contient rien hostile aux chrétiens."

Est-ce-que c'est vrai ?


--------------------------------------------------------------------------------

Dans Leviticus 25:44-45) il indique :

"par nos plaisanteries et par nos attaques nous rendrons leurs prêtres ridicules et par la suite odieux, leur religion comme ridicule, comme odieux, en tant que leurs prêtres. Nous deviendrons des maîtres de leurs âmes, parce que notre attachement pieux à notre religion s'avérera à eux qu'ils seront notre possession."

Dans Babha Bathra (54b) elle indique :

"toutes les choses concernant le Goim sont comme un désert ; la première personne à venir pour les prendre peut les réclamer pour ses propres.

Dans Choschen Hammischpat (183, 7) il indique :

"si vous envoyez un messager pour rassembler l'argent d'un Akum et l'Akum paye trop, le messager peut garder la différence. Mais si le messager ne sait rien à ce sujet, alors vous pouvez le retenir tout vous-même."

(les mots "goi" et "akum" sont des paroles dérogatoires pour des chrétiens ou Gentiles.)

Dans Babha Kama (113b) il indique :

"il est autorisé pour tromper un Goi."

Dans Chaschen Hamm (182, 7 Hagah) il indique :

"si un juif trafiqua avec un Akum et un camarade Israélite arriva et frauda l'Akum, par la mesure ou le poids ou le nombre fausse, ils doivent diviser le bénéfice, puisque tous les deux ont eu une pièce dans l'affaire."

Dans Zohar (I, 160a) elle indique :

"Rabbin Jehuda dit à lui (Rabbin Cezkia) : 'On doit félicité ce qui peut se libérer des ennemis de l'Israel, et on doit felicité beaucoup les gens justes qui se delivrent d'eux et luttent contre eux.' 'Rabbin Chezkia demandé, 'comment devons nous lutter contre eux?' Rabbin Jehuda a indiqué, 'par conseil sage tu dois faire la guerre contre eux'. (Proverbs, ch.24.6). 'par quel genre de guerre?' 'le genre de guerre que chaque fils de l'homme doit lutter contre ses ennemis, que Jacob a employé contre Esau - par duperie et tromperie autant que possible. On doit lutter contre eux sans cesse jusqu'a ce que l'ordre propre soit restitue. Ainsi c'est avec satisfaction que je dis que nous devrions nous libérer d'eux et règler au-dessus d'eux.'"

Dans Mishna Sanhedryn 57 il indique :

"Tu ne dois pas faire des dommages à ton voisin, mais ce n'est pas dit, 'tu ne dois pas faire des dommages à un goy.'"

Dans Schultchan Aruch, Choszen Hamiszpat 348 qu' il indique :

"toute la propriété d'autres nations appartient à la nation juive, qui par conséquent est autorisée pour la saisir sans aucun scrupule. Un juif orthodoxe n'est pas lié pour observer des principes de la moralité vers des personnes d'autres tribus. Il peut agir contraire à la moralité, si c'est profitable à soi-meme ou aux juifs en général."


Ce qui précède est un petit échantillon, prélevé au hasard, des nombreuses remarques "racistes" avec lesquelles le Talmud est poivré. (pris "du Talmud Démasqué" par Rev. I. B. Pranaitis, Rue Petersburg, 1892.).


--------------------------------------------------------------------------------

Les Israéliens participent annuellement à un pélerinage national à la tombe de Simon ben Yohai pour honorer le rabbin qui a soutenu l'extermination des non-Juifs.

Dans Soferim 15, règle 10 qu'elle indique :

"C'est le maxime de Rabbin Simon ben Yohai : Tob shebe goyyim harog. (même le meilleur des gentiles devrait tout être tué).

L'Israélien "étoile de David" n'est réellement rien de la sorte, mais plutôt un hexagram occulte, un yantra de l'androgyne, qui est devenu associé au Khazars de Bohêmeau 14ème siècle.


--------------------------------------------------------------------------------

De l'information de la Presse Européenne Judaique de 4.2.2008 il semble que les organisations judaiques ont donné la bienvenue à la décision du Pape Benedict XVI récrire la prière du Vendredi Saint dans le missel latin traditionel et enlever la réference dérogatoire aux Juifs après quelques protestations qu'elle pouvait endommager les rapports entre les deux croyances.

On espére que comme un mesure complimenteur les Juifs eux-mêmes effacent le grand nombre des réferences derogatoires aux Chrétiens et aux Gentils qu'on trouve dans leur Talmud, notablement leur réference à la mère du Christ comme une putain. Un fait que le Pape semble d'être ignorant ou qu'il regarde avec les yeux solidement fermés.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget