samedi 14 novembre 2009

Les Banques Judaiques

et
les manipulations financières

--------------------------------------------------------------------------------


Le capitalisme est la forteresse des Juifs et les banques partout dans le monde et d'un bout a l'autre de l'histoire avaient été aux mains des Juifs.

Le monde de la finance est un monde juif. La guerre et la revolution sont entrelacées avec la finance internationale juive. Ces pourvoyeurs du desordre n'ont pas d'affiliations politiques. L'attachement au gouvernement, au pays, n'existe pas pour eux. Tout est secondaire aux affaires financières.


--------------------------------------------------------------------------------

Quelques'uns des principaux banques juives sont:


Rothschilds

August Belmont & Co.

J. & W. Seligman & Co.

Kuhn Loeb & Co. (Warburg)

Lehman Brothers

Goldman, Sachs & Co.



--------------------------------------------------------------------------------

L'encyclopedia juive declare que la grand fortune que les Rothschilds entassaient était la conséquence de la tromperie, c'est-à-dire que Mayer Rothschild détourna de l'argent, $3,000,000, que son patron l'avait confié au moment ou le prince dut échapper à Danemark.

Mayer Amschel Bauer était né dans le milieu de la dix-huitième siecle et travaillait por le Prince William de Hanau dans la capacité d'agent pour le commerce du prince dans les mercenaires. Il a changé son nom à Rothschild et établit ses cinq fils dans les villes européenes, Anslem à Frankfurt, Solomon ã Vienna, Nathan à Londres, Charles à Naples et James à Paris.


"Ils n'ont vu ni la paix ni la guerre, ni les manifestes, ni les mots d'ordre, ni la mort ni la gloire. Ils n'ont rien vu des choses qui se trompent tout le monde. Ils n'ont vu que les pierres de gué. Le prince William avait ete une d'elles. Napoleon serait la prochaine. "

(Cité de "Les Rothchilds" par Frederic Morton.)

Pour les États Unis la haute finance juive est arrivée premièrement avec les Rothschilds. Le premier vingt million dollars sur qu'ils ont speculé était l'argent qu'ils avaient depensé pour les mercenaires d'Hesse de combattre contre les colonies americaines.

La première connexion était indirecte et en effet les fils Rothschild ne se sont jamais établit aux nouveaux États Unis et toujours operaient à travers des representants.

La base de leur richesse, comme laquelle de beaucoup d'autres juifs, était la guerre.

Le resultat de la bataille de Waterloo était de grand importance. Le moment où Nathan Rothschild écouta à travers son propre conduit des nouvelles (probablement des pigeons voyageurs) du défait de Napoleon il vendit en public à la bourse à Londres tous ses Consols Britanniques. Comme il avait prevenu cette action trompeuse occasionna une panique et le prix courant tomba . Sur ces entrefaits ses agents accaparent tous les consols à un prix très bas à son grand profit.

Le gouvernment francais, dessous Louis XVIII, a emprunté des banques Ouvrard et Baring Frères, écartant les Rothschilds .

En 1818 les bons du gouvernment francais commencaient à tomber. En utilisant la même méthode que Nathan Rothschild avait employé avec les consoles britanniques, les representants du Rothschild avaient acheté un grand nombre des bons du gouvernment français qui les faisaient augmenter en valeur et ensuite les deposaient à la place ouverte dans les centres principaux du commerce europeen occasionnant une panique. Les Rothschilds attendaient dans les coulisses. Le roi était contraint à les appeler et de cette manière ils ont gagnée le contrôle financier de la France.

Les États Unis seraient leur prochaine cible. Le premier temoignage documenté de l'implication Rothschild dans les affaires financières des États Unis était entre 1820-1830 quand leur representant, Nicholas Biddle, combattit à vaincre la proposition d'Andrew Jackson de restreindre les banquiers internationaux. Les Rothschilds ont perdu le premier décharge. En 1832 le President Jackson a mis son veto à la tentative à renouer la charte de la Banque des États Unis (une banque centrale sous le contrôle des banquieres internationaux) et quatre ans plus tard la banque cessa à operer.

Pendant les années suivantes à l'Independance, un lien commercial très fort avait developé entre l'aristocracie des planteurs du coton dans le sud et les fabricants du coton à l'Angleterre. Les banquiers européens ont decidé que ce commerce était le talon d'Achille de l'Amerique.

L'histoire demontre que les Rothschilds furent impliqués fortement à financer les deux côtés dans la guerre civile. Lincoln empecha à se developper leurs activités quand en 1862 il refusa a payer l'excessif taux d'interêt que les Rothschilds avaient demandé et il émit les billets des États Unis autorisés constitutionnellement et degagé d'interêt. Son assassinat en 1865 tira son origine probablement de cet evenement.

Après la mort de Lincoln, Otto von Bismark a fait l' enonce suivant:


"La mort de Lincoln était un desastre pour la chrétienté. Il y n'avait pas d'homme dans les États Unis assez grand pour porter ses bottes. Je crains que les banquiers étrangères avec leurs artifices et leurs tours tortueux domineront entièrement la richesse surabondante de l'Amerique et l'utiliseront sistemátiquement pour corrompre la civilisation moderne. Il n'hesiteront pas de precipiter toute la chrétienté dans les guerres et le chaos pour que la terre devint leur heritage."
Après avoir établi leur fortune dans la tromperie les Rothschilds glissèrent de la lumière mais ils restent la main cachée derrière beaucoup de fronts.


--------------------------------------------------------------------------------

Plusieurs des banquiers juives internationaux avaient eu leur debut à Frankfurt, entre ceux-ci sont les Schiffs et les Speyers.

La maison de commerce de Kuhn, Loeb and Co., était etabli par Jacob Schiff de qui le père était un des brocanteurs des Rothschild. Un des associés de Jacob Schiff, Otto Kahn, était attachéàa les Speyers, (qui gagnaient autorité en Angleterre pendant la regne d'Edouard VII), Un autre associé, Felix Warburg, s'est marié avec la famille de Jacob Schiff, et devint un des plus influents membres des representatifs diplomatiques de l'Amerique.

Les representives principaux aux États Unis entre ce temps et 1914 étaient Kuhn, Loeb et Cie. et J.P. Morgan Co.

En vingt ans Kuhn Loeb et Cie de qui le nouveau associé , avait des liaisons financières importantes en Europe, (c.-a-d. Rothschilds et M.M. Warburg,) avait fourni le capital à John D. Rockefeller pour repandre Standard Oil et aussi avait financé les activités d'Edward Harriman (chemins de fer) et Andrew Carnegie (acier).

Le prochain pas était la creation de la sistème de la Réserve Federale en possession privée.

On sait que Jacob Schiff a donné l'aide à Japon pendant la guerre de 1905 avec Russie.

Les Juifs vinrent de la guerre 1914-1918 plus fortement établis comme ils ont fait de la Deuxième Guerre Mondiale. Leur situation augmenta par l'euphorie sentimentale del mythe de l'Holocaust.

Après la Deuxième Guerre Mondiale la creation de la Banque Mondiale, Director: Robert Zoellick qui a remplacé Paul Wolfowitz, (ancien secretaire du Défense des États Unis et l'architecte de la guerre en Iraq ) et l' International Monetary Fund servirent à serrer la prise étranglée.

Comme les tentacules d'un pieuvre gigantesque, des mouvements lateraux penetraient aux autres pays - notablement à l'Amerique central et du sud.

L'aide financière à Mexico ètait donnée par les groupes juives. Les soulevements politiques et les dispositions financières dans les petits, mais stratégicament importants, pays de l'Amerique central tous avait originé de la même source. (il y a plus d'information sur cet egard dans d'autre part de cet emplacement.)

Il y a peut être la promesse d'une lumière au fond du tunel pour l'Amerique du Sud:

Au fin du 2007 une region en revolte contre l' économique de la globalisation corporative a publié sa declaration unifiée de l'indépendance à jour.


Le 9 decembre 2007 devant les drapaux de leurs pays les presidents de l'Argentina, la Bolivie, la Bresil, l'Écuador, la Paraguay et la Venezuela avec le representative de l'Uruguay se sont assemblés à Buenos Aires et ils ont signé la charte de la fondation de la Banque du Sud.

La Banque du Sud permettra les gouvernements participants à employer un pourcentage de leurs réserves collectives du crédit pour fortifier l'économie sud-americaine et avancer le développement cooperatif. Elle projete à commencer preter en 2008 avec un capital de $7 billion.

La Banque represente pas seulement un défi serieux aux institutions dominées par les États Unis comme l'IMF, la Banque Mondiale et la Banque Inter-Americaine (IDB) mais aussi comme une part d'une tendance plus grande qu'indique une rupture importante de la politique du "commerce libre" du neo-liberalisme que dominait la région pendant les années 80s et 90s.

Les banquiers du sud savent très bien la signification de cette rupture. Le president de la Venezuela, Hugo Chavez a dit: "C'est l'intention de la banque que nous pouvons nous délivrer des chaînes de dépendance et de parvenir à notre potentiél économique."

Le President Chavez qui est souvent aux prises avec l'administration de Bush, en juin 2007 s'est chargé des interêts de ExxonMobil et ConocoPhillips dans les projets au region de l'huile de la Venezuela d'un valeur de multi-billion dollars.

Certainement une action qu'invitait une action contraire. En janvier 2008 la corporation d'ExxonMobil qui a publié le plus grand benéfice jamais reçu par une corporation americaine et a dit qu'elle avait reçu les ordres du cour en l'Angleterre, les Pays-Bas et l'Antilles de Nederland. chaqu'un d'eux gelant les biens jusqu'à un valor de $12 billion de la compagnie de l'huile de la Venezuela PDVSA, pendant que EXxon combat pour la compensation pour la perte des operations perdus pendant la poussée coup du President Chavez pour la nationalisation.

Cette action est le plus grand défi fait par les corporations internationales du petrôle contre les gouvernements mondiaux qui ont essayé à augmenter leur contrôle des ressources naturelles.

Le dimanche fevrier 10, en réponse le President Chavez a menacé qu'il coupera la fourniture de l'huile par la Venezuela aux Ëtats Unis.


--------------------------------------------------------------------------------


Les Oligarques Russe:

La fraude ou la deception d'un type ou d'autre a été la base de la plupart des fortunes modernes. La débâcle de l'État Sovietique aboutit à l'avancement de plusieurs magnats de l'industrie qui obtenirent les entreprises de l'État au moment ou on les liquida et emit les garanties à la population au lieu des especes ou des actions. L'achat de cettes garanties presque sans merites donna l'empire des immenses richesses.

Un scandale plus grand était le projet "des prêts pour des actions" de 1995 quand on vendit tous les biens industriels plus importants de la Russe aux oligarques en échange pour les prêts au gouvernement.

Boris Berezovsky acheta 51% de la compagnie d'huile Sibneft pour $100 million que deux ans plus tard avait le valeur de $5 billion. (maintenant plus de $12.5 billion)

Mikhail Khodorkovsky a payé $309 million pour 78 pour cent de Yukos Oil (valeur en 2003 $30 billion). C'est le quatrième plus grand producteur de l'huile du monde après ExxonMobil, Shell and BP.

Boris Beresovsky a formé le LogoVAZ marchand des automobiles et possedait ORT television, le journal Izvestiyg et Sibneft (d'huile) avec un valeur de $3 billion. Aussi il controlait Aeroflot et avait un interêt en LUKoil.

Son associé Roman Abramovich a commencé avec un cooperatif fabricant les jouets et tourna au commerce de l'huile à Omsk. Ses autres interêts étaient Russian Aluminium (Rusal) le deuxième plus grand producteur du monde, le Gaz compagnie des automobiles, le Transneft Oil et Cie et un petit interêt en Aeroflot.

Vladimir Gusinsky a ramifié à être banquier et le groupe Media-Most, qui compris NTV, el radio Moscow Echo, le revue Itogi, et le journal Segodnya.

Mikhail Fridman chef de la plus grand banque privée de la Russe, la banque Alfa. Ses autres interêts sont TNK compagnie de l'huile , qui recentement a uni avec BP.

C'est evident que chacun de ces nouveaux billionaires est juif. Auparavant aucun d'eux possedait plus que quelque mille dolars. Comment est-ce qu'ils pouvaient trouver assez d'argent pour acheter ces biens à un prix tellement bas que les a donné l'empire virtuel de la Presses, de l'huile et des mineraux?

L'attaque de Putin a ces nouveaux-riches oligarques pour l'evasion de taxe et tromperie peut être acclame comme un action courageux. Il est certainment le premier chef national qui a essayé à deloger le contrôle juif, mais seulement le temps montrera si ce soit vrai.


--------------------------------------------------------------------------------

(L'extrait suivant est de: "Les Juifs et l'Argent: Les mythes et la réalité" par Gerald Krefetz, un Juif:


"En outre des cinq frères Rothschild qui possedaient des banques à Frankfurt, à Londres, à Paris, à Vienne et à Naples, et Eleichroder à Berlin, Warburg à Hamburg, Oppenheim à Cologne, Speyer à Frankfurt, il y avait quelques autres Juifs qui avaient établi des banques de Londres (Hambros ) à Mumbai (Sassoons ) à Saint Petersburg ( Guenzburg ) et à quelques autres endroits.

De plus de ces banques privées, à peu près équivalent aux banques d'affaires et banques de placement d'aujourd'hui, les Juifs avaient établi plusieurs banques de commerce : la Deutsche Banque et la Dresdner Banque, ; deux des trois plus grandes banques d'Allemagne; La Credit Mobilier, française et la Banque de Paris et des Pays Bas, la Banca Comerciale italiana, et Credito Italiano d'Italie. le Creditan-Stalt-Bankverein et la Banque de Bruxelles parmi eux.

Il y avaient aussi quelques banquiers judaiques aux États-Unis : Haym Salomon de la gloire révolutionnaire et Isaac Moses qui, avec Alexander Hamilton, était un des fondateurs de la Banque de Nouveau York en 1784. Mais ce n'était qu'après l'immigration Allemand/Juif de les années 1840s qu'on avait rendu conte de la présence des banquiers judaiques à l'Amerique.

Quelques des banques allemandes établies y ont envoyé des représentatives mais pour la plupart les banquiers allemandes/judaiques ont apparu après les immigrants sont arrivés.

Entre 1840 et 1880 une douzaine des banques était fondée : Bache; Auguste Belmont; Goldman, Sachs; J. W. Seligman; Kuhn, Loeb; Ladenburg, Thalmann; Lazard Frères; Lehman Frères; Speyer; et Wertheim.

Ils étaient influents, mais peu orthodoxes, dans les choses financières et, comme les Rothschilds, leurs enfants se sont mariés l'un à l'autre. Les banquiers juifs ont montré un aspect de la puissance concentrée parce que souvent ils ont joué ensemble, et collaborés dans les affaires financières.

Cet assemblage des banquiers et des banques judaiques à l'Europe et à l'Amerique, a convaincu beaucoup de gens que les Juifs desiraient dominer et contrôler le monde. .

Au comble de la résurgence nationalistique de la siècle dix-neuvième, les Rothschilds avaient commencé à developper les syndicats internationaux, un type de banque internationalle. Dans la siècle vingtième à l'Amerique, les hommes des affaires Juifs developpaient l'abilité des banques des investissement à financer les corporations que dirigaient aux consummateurs; les magasins départementaux, les pêcheries d'Alaska, les films, les teâtres, les mines et les fontes de cuivre, les compagnies aeriennes et les usines des vêtements.

Pendant les années 1960s les Juifs étaient encore au premier place pour creer un autre forme commercial - le conglomerat, une corporation de tenure des components très diverses, de laquelle les centres disparates du profit étaient synergistiques, c'est-à-dire plus grands que la somme des parts de lesquelles elles étaient composées. Ce n'était pas une invention juive mais peut-être l'idée de Roy Little de Textron. Une nouvelle notion que Lehman Frères, Lazard Frères et Goldman Sachs ont vendue puissamment.

Hors de l'intérêt personnel de ces maisons financières du placement, ces combinaisons et ces acquisitions engendirent beaucoup de nouveaux émissions d'actions que Wall Street a assuré, a vendu et a trafiqué.

En outre des spéculateurs dans les actions conglomerantes et dans les obligations, les gens qui avaient le plus à perdre étaient les administrations compassées des sociétés commerciales, qui étaient leurs victimes. La plupart des candidats pour être adquérir était les vieux sociétés industrielles avec les marchés assurés, mais pas stimulants, de l'actif de substance sans dettes, avec du capital pas assez utilisé, les dividendes élevés, la propriété diverse sans la possibilité immédiate de la croissance.

L'époque des "conglomerats" des années soixante, aidé par une bourse enflée et une hausse rapide prolongée était en verité une attaque pas subtile sur les corporations établies.

Bien que le comptage fût détourné et le papier contestable, le conglomerat était une menace serieuse aux status quo des corporations. Par le fin des années soixante les sociétés bien estimés de l'industrie et de la finance americaine comme le Chemical Bank, Goodrich, Great American Insurance, Jones & Laughlin et Pan American étaient menacées et dans l'esprit de "l'entreprise liberée" elles coururent vers le gouvernemente pour le proteger.

Ben Heineman de North-West Industry, Howard Newman de Philadelphia et Reading, Saul Steinberg de Leasco, Charles Bludhorn de Gulf et Western, Riklas de Rapid American, Lawrence Tish de Loess, unirent à James Ling de Ling-Temco-Vaught, Roy Ashe de Littom et Roy Little of Textron, chaqu'un utilisant la forme plus haute du capitalisme "créatif". Ces constructeurs judaiques des conglomerats, quelques uns d'eux ostentatoires quelques autres conservatives, commandaient la ménace, avec l'assistance des banquiers ingénieux, un president démocratique tolérant et un public crédule. Ils ont fait trembler les vieux administrations et ils ont creé des corporations irrégulieres et ils ont donné à Wall Street les moyens pour les placements éblouissants.

Presque tout le monde a suffert cruellement le moment où la réalité dans la forme d'une rétraite et une administration stricte Republicaine est revenue dans les années soixante-dix.

Le vieil affermissement était Republicain tandis que les banquiers judaiques et les constructeurs des "conglomerats" étaient fortement representés dans le parti Democratique. L'administration de Nixon sur le champ a dirigé la Section "contre-syndicate" du Département de la Justice contre ce qu'on a nommé "les vachers-judaiques" (Jewish-cowboys), c'est-a-dire les financiers de Wall Street et les hommes de l'huile de Texas.

La connection des "vachers-Judaiques" a contenu : - Amerada-Hess, Tidewater, Kerr-McGee, Halliburton, quelques compagnies aeriennes : American, Braniff, Continental, des cinés: Paramount, Twentieth-Century Fox et Metro Goldwyn-Meyer, et les compagnies comme : Sears, Jewel Tear, Gimbel's, Macy's, City Stores et Allied Department Stores.

L'attaque de Nixon a piqué les conglomerates au vif. La Bourse les a réevalués. Dans les premiers mois de la nouvelle adminstration 13 conglomerats ont perdu $5 billion. C'était le fin d'une ére mais les Juifs sont sortis presque sans blessures.



--------------------------------------------------------------------------------

(Il faut la peine de noter que jusqu'ici les Juifs avaient joué en cachette, subreptice toujours du temps du banquier Jakob Fugger de la siècle quinzième. Ils ont travaillé por les moyens des agents utilisant les francmaçones comme leur principe couloir. Est-ce cet avis de leur perfidie maintenant une signe de la culpabilité ou est-ce la bravade?)


--------------------------------------------------------------------------------

Il y a une dominance Sioniste dans l'économie britannique où on trouve les nommes comme GOldsmith, Clore, Wolfson, Joseph, Bentley et Maxwell. Tout d'eux a occasioné l'effondrement des compagnies anglaises qui avaient été établies il y a des années et ainsi une perte d'emploi pour beacoup de travailleurs.


"Le projet, je pense, est l'idée ancienne de la domination mondiale dans une nouvelle forme.... On a dressé la puissance de l'argent et le pouvoir revolutionnaire et on les a donnés des formes symboliques mais fausses (le capitalisme et le communisme ) et on a fabriqué quelques citadelles bien definées (l'Amerique et le Russie). Ceci est le spectacle qu'on a présenté à la multitude. Mais, si quelques hommes semblables avec le même visée dominent clandestinement les deux camps et s'ils proposent d'achever leur ambition à travers le fracas entre ces multitudes....? Je crois qu'un éléve diligent de nos jours aperçoive que cela soit la verité."....." (Douglas Reed)

La Bible define l'usure comme une abomination mais c'est aussi definée comme un moyen pour gagner la puissance sur les autres.

"Et tu prêteras à beaucoup des nations mais tu n'emprunteras pas. Et tu domineras beaucoup de nations mais elles ne te domineront pas." Deuteronomy 15:16
et
"Tu preteras à beaucoup de nations et tu n'empreteras pas et le Seigneur te fera la tête et pas la queue et tu ne seras qu'au-dessus et tu ne seras pas au-dessous." ...Deuteronomy 28.12

Voici les prêtres Lévites qui parlent et pas le Dieu du Testament Nouveau.

Beaucoup pire que l'usure sur l'argent qu'existe déjà c'est l'argent du papier non-convertible qu'un décret du gouvernement americain a fait une soumission legale, (l'argent "fiat"), c'est-à-dire l'argent engendré de rien et presque toujours comme une obligation que produira de l'interêt.


"Le trait caractéristique du gouvernement moderne est que nous ne connaissons pas qui gouverne de facto pas plus que de jure . Nous voyons le politicien mais nous ne voyons pas qui soit son second, ni soit le second de son second ni, la chose plus importante, le banquier de son second, qui est trôné au-dessus de tout dans une manière sans semblable, le prophète masqué du finance, influençant tout le monde par une sorte de magique." ... G. K. Chesterton.

La Media de l'établissement de l'argent encourage la subversion culturelle et les artistes le plus degradées sont utilisées comme des modèles pour être admirées et imitées par les jeunes. (Kate Moss, Britney Spears et Madonna.)

Le Super-Capitalisme de l'ouest vive toujours avec la crainte du nationalisme. Quelque chose très importante avec une influence liante et commandante sur tous les autres parts de la revolution mondiale de la siècle vingtième est le Sionisme, qu'on peut décrire comme un nationalisme judaique, dispersé géographiquement mais fortement uni et poussé avec ardeur.

Paradoxicalement le peuple judaique est arrivé à être une influence dominante dans le monde à un temps quand la plupart des Juifs donne peu d'importance à un religion que pour eux pendant deux mille ans était une force importante de l'unité.

Le communisme est la seule arme politique que la Super Capitalisme peut employer contre nationalisme. Une idéologie qu'assemble les forces criminelles et l'intellectualisme sans des racines et que les tiene prêt à être dirigés contre n'importe quoi cible nationliste

On peut décrire la revolution mondiale comme une lutte en laquelle une nation puissante essaie à renverser tous les autres nations.

Les mots éclatants et penétrants des auteurs Christian de Brie et Jean de Maillard expliquent la situation economique et politique mondial d'aujourd'hui :

"C'est les trois choses, l'autorisation que permet que le capital peut couler sans empêchement d'un côté du monde à l'autre, la globalisation et l'abandonment de la souveraineté ensemble qui avaient encouragé la croissance explosive d'un marché financier des criminels. C'est un système cohérent, fortement lié à l'expansion du capitalisme moderne, et sa base est l'association des associés : les gouvernements, les corporations trans-nationalaux, et les "Mafias".

L'affaire est l'affaire. Le crime financier est surtout un marché, prospérant et bien structuré, reglé par la fourniture et la demande. La complicité des grandes corporations et le laissez-faire politique sont le seul chemin par lequel le crime organisé de grand volume peut blanchir et retrouver les produits fabuleux de ses activités et les corporations trans-nationaux ont besoin du soutien des gouvernements pour consolider leur position, augmenter leur profit, résister à la concurrence, arracher l'affaire du siècle et financer les opérations illicites.

Les politiciens sont impliqués directement. Leur pouvoir de s'interposer depende au soutien et de l'argent des gens qui tiennent la puissance. Cette collusion de l'interêt est une part essentielle de l'economie mondiale. C'est l'huile qui fait tourner les roues du capitalisme. "

1 commentaire:

Anonyme a dit…

The other day, while I was at work, my sister stole my iPad and tested to see if
it can survive a 25 foot drop, just so she can be a youtube sensation.
My apple ipad is now broken and she has 83 views.
I know this is totally off topic but I had to share
it with someone!

My weblog Read More Here

Une erreur est survenue dans ce gadget