samedi 14 novembre 2009

Le véritable Holocauste !

L'Holocauste Russe Judaique


Avec justification on lie le mot "holocauste" avec les Juifs mais pas dans la façon que la Presse gouvernée par les Juifs le presente. Toujours la Presse écarte le vrai Holocauste Judaique - la Revolution Russe qui était un des genocides les plus sanglants qu'on ai jamais perpetré.

Le nombre des morts est situé entre 20-30 million. L'aristocratie, l'intelligentsia et les paysans tous a été detruit. Le mot "kulak" que vient du mot "poing" qu'on lie avec cet homocide c'était un mot que les paysans employaient originairement pour décrire les exploiteurs comme les usuriers et ceux qui exercèrent un puissant ascendant sur la terre contre les fermiers. Pendant la collectivisation on l'a employé le mot "kulak" pour décrire les paysans - riches ou pauvres - qui ne voulaient pas appartenir aux fermes collectives....

Dès le commencement la théorie politique du Communisme était totalement judaique et les banquiers judaiques fournirent l'argent pour la revolution russe.

Ainsi les deux theories apparemment opposées - le communisme et le capitalisme - en verité sont venues du même peuple.
Leur but, qu'existe maintenant, est la déstruction des systemes sociaux, la religion et la famille pour établir un état gouverné par les Juifs avec un prolétariat sans voix. Le livre "Les Chuchoteurs " par Orlando Figes montre clairement la crainte engendrée par la surveillance continuelle et par la creation des "ennemis du peuple" imaginaires, qui ont transformé les gens ordinaires en brébis sans voix qui ont peur de bêler - une situation qui arrive partout dans le monde. C'est intéressant que le livre ne dise pas un mot du caractère judaique des bolcheviques bien qu'après la guerre un sentiment anti-Juifs puissant apparaisse, les victimes judaiques reçoivent une publicité sympathique....
Peût être c'était necessaire pour la publication de la livre? Ou y-avait-il une autre raison?

Le régime communiste a produit les plus grands camps de concentration et le plus terrifiant système de travail esclavagiste du vingtième siècle dans lequel on faisait mourir une foule de blanc chrétien (La KFB par C. Andrew et O. Gordievsky; et "The Inside Story" - N.Y. Times, octobre 22, 1990, p.82). On n'a pas conservé ces camps. Il y a des années les groupes militaires speciaux les ont detruits.(cf. Michael Specter, "Cold Reminder," N.Y. Times, decembre 3, 1994).

Les communistes judaiques ont gouverné le mouvement pourtant partout dans le monde personne ne dit rien de l'identité de ceux qui en étaient les architectes. On parle tout le temps d'Auschwitz mais qui sait le nom de Kolyma, Magadan, les îles de Solovetsky ou les autres centres diaboliques sovietiques de déstruction humaine à l'est de la Síberie? Qui a vu un film ou a lu un livre sur des millions de blancs qui travaillaient, gelaient et mouraient de faim dans la construction du canal de la Mer Blanche/Baltique au dessus duquel se levait un énorme statue du meutrier judaique communiste Genrikh Yagoda?

Ce époque du massacre de masse par les communistes judaiques a extraordinairement disparu des pages de l'histoire .
Seulement les menteurs juifs versés dans les ruses de magicien de la scène ne pouvaient arracher un tel coup a l'humanité. On doit mettre l'abilité de duper le monde à concentrer presque tout le sentiment d'expiation, les monuments et la commemoration aux victimes judaiques et stigmatiser les mots "crime de guerre" et "holocauste" sur l'Allemagne et sur les Allemands comme leur devise de proprieté comme un succès adroit dans la guerre psychologique.

La puissance israelienne a grandis avec l'expansion de la propagande de "l'Holocauste", l'auteur israelien Moshe Leshem dit:

"Les israeliens et les americains sont complétement d'accord que le souvenir de l'holocauste est une arme indispensable - une qu'on doit employer sans pitié contre leur enemi commun .... les organisations judaiques et les individus ainsi travaillent tout le temps pour assurer que tout le monde ne l'oublie pas. Aux États Unis la perpetuation du memoire de l'holocauste est une entreprise d'un valeur de $100 million dollar, une part que le gouvernement finance. " ( Balaam's Curse, p. 228)

Les Allemands ne sont pas les seules cibles de la culpabilité corrosive des "chambres de gaz". L'église catholique - est aussi une cible importante - maintenant ce n'est plus qu'une version judaique du catholicisme avec l'assistance du dernier Pape judaique, pendant que les Protestants sont devenu un grand troupeau de dindon flagornant pour chercher la sanctification et l'approbation des Juifs. Leur Sauveur a pourtant appelé les chefs des Juifs de son temps," les enfants de l'enfer" (Matthew 23:15) mais ceux qui prennent la liberté de parler en son nom aujourd'hui appelent les Juifs les saints et les sages de l'univers.(sic)

Seulement dans un monde tellement falsifié et trempé dans la tromperie ce serait possible que la Presse international pourrait s'asseoir sans interès quand le bis bispetit-fils de l'assassin judaique de l'armée sovietique Leon Trotsky, David Axelrod, a fusilé un couple âgé de Palestien en novembre 1998 pendant un attaque par le "Kach" groupe de terreur israelien.

On a expulsé seize million d'Allemands ethniques du Silésie, du Moravie et les régions du Volga des territoires orientaux a la fin de la Deuxième Guerre Mondiale. Mais le-demandez à quelqu'un dans la rue "l'avez-vous l'entendu?" Certainement la réponse sera "Non".

Les images du film de Steven Spielberg des wagons des bestiaux empaquetés avec les humains sont reservés pour les Juifs. Les 800,000 pour la plupart musulmans Chechens déportés par les commissaires judaiques et qui étaient poussées dans les wagons au Kazakhstan, oú un quart de million moururent en route, n'ont pas d'importance pour Hollywood.

Ces déportations par wagons de bestiaux étaient le destin d'un demi million de chrétiens d'Estonie, de Latvie et de Lituanie transportés au Gulag. On a déporté 12% de la population baltique au Gulag ou executés par la Police Sécrete Judaique des Soviets. Qui le sait? Qui s'en inquiéte? Qui tente d'eviter une repetition de cette histoire? Au lieu de ça, en 1995 le president de Lituanie a fait un pelerinage aux chambres a gaz israeliennes à Yad Vashem pour se vautrer et demander et priér la "clémence" pour son peuple qui était les victimes des meutriers communistes judaiques. Chercher pardón avec humilité est juste dans une situation veritable mais en ce cas c'est idolátrer les pharisiens c'est un parodie de justice.

"Dans la conspiration communiste il n'y en avait que deux qui n'étaient pas Juifs - Chambers et Hiss...Chaqu'un des autres étaient judaiques et il nous a causé beaucoup de problème."
(Un rapport par le President Richard Nixon en 1971 enregistré à la Maison Blanche in 1971 et dechargé par les Archives Nationaux en 1999. Cette citation référe à Whittaker Chambers et Alger Hiss. ( N.Y. Times, Oct. 7, 1999 et Newsweek, Oct. 18, 1999, p. 30)

Dans une lettre au Vatican envoyée par Pius XII en 1919, quand il était l'Eveque Eugenio Pacelli et l'ambassadeur du pape à Munich il raconte la rencontre déplaisante que son député avait eu avec les révolutionnaires bolcheviques qui avaient terrorisé les prêtres catholiques et la bourgeoisie allemande. La lettre décrit le chef Max Lieven comme un "Russe et un Juif" et la lettre aussi décrit les compagnons de M. Lieven "...Juifs comme tout le reste d'eux". Il y a 88 ans, cette description des Communistes comme Juifs était de rigeur. (N.Y. Times, Nov. 3, 1999).

Chaim Bermant, écrit dans le Jewish Chronicle (août 30, 1991):

"C'est le Communisme qui a fait tomber les czars odieux. C'était Communisme qui a donné tous les droits aux Juifs, qui a proscrit l'anti-semiticisme , au moins au commencement, qu'a ouvert les portes à l'avancement judaique."

Le principal dignitaire communiste judaique Zinoviev a dit:

"Sans compassion, sans clémence, nous tuerons nos enemis dans des vingtaines des centaines. Qu'ils soient des milliers; qu'ils se noyient dans leur sang. Pour le sang de Lenin et Uritzky, Zinoviev et Volodarsky. Qu'il soient des inondations du sang du bourgeoisie - plus de sang. Autant que possible! "
(Krasnaya Gazeta,septembre 1, 1918).

Lenin a dit: "Nous déracinerons le bourgeoisie." Son associé en crime Apfelbaum (Zinoviev) a dit: "Les intérêts de la revolution ont besoin de l'annihilation de la classe bourgeoisie." Qui étaient ces "bourgeoisie"? Certainement qu'ils n'étaient pas des Juifs. Trotsky a donné un indication de leur identité dans une entrevue avec le journal judaique de New York, le Daily Forward : "Le plus longtemps que vive la societé pourrie de bourgeoisie, plus barbare l'anti-semiticisme reviendra partout."

Le mot "Bourgeoisie" était un code bolchevique pour les "Gentils"(blancs). La premiere loi passée par les communistes a fait que l'anti-semiticisme était un crime passible de mort. (Izvestia, juillet 27, 1918).

Les Bolcheviques Judaiques ont pensé que la politique était une ramification du contrôle de la peste Gentile. La haine des chretiens surtout du paysan "bourgeoisie" était leur principale motivation. La déstruction systématique des paysans chretiens de Russie comme s'ils fussent de la canaille, commençant avec l'attaque de Lenin l'été de 1918 et leur inanition forcée par lui en 1921. Mais tout ça l'histoire occidentale l'a complètement ignoré.

L'écrivain sibérien, Valentin Rasputin, a dit en 1990:

"Je pense qu'aujourd'hui les Juifs ici en Russie doivent se sentir responsable pour le péché d'avoir causé la revolution et pour la forme qu'elle suivit. Ils doivent se sentir responsables pour la terreur ....qui a existé pendant et après la revolution ... leur culpabilité est très grande. Ils ont perpetré la campagne sans relache contre les paysans(blancs), qu'ils ont tué sans pitié pendant que l'état a expropriée leur terre."

Le biographe d'Aleksandr Solzhenitsyn raconte comme c'était la vie d'un enfant russe et chrétien qui a grandis parmi les enfants de l'elite communiste judaique:

"À dix ans il avait la croix déchirée de la gorge par les "pionniers" railleurs qui pendant plus d'an se sont moqué de lui. Solzhenitsyn comme garçon était exposé aux étudiants desquels les parents avaient officiellement une position superieure. La plupart des membres des mouvements des "Jeunes Pionniers" et des "Komsomol" étaient les enfants juifs..." (Michael Scammell, Solzhenitsyn: Un Biographie. p. 64).

Selon le RNS service de telégramme, (reimprimé dans "Les Nouvelles Chrétiennes" janvrier 8, 1996, p.2) "Environ 200,000 membre du clergé chrétien, beaucoup d'eux furent crucifié scalpé et en d'autre manière torturé, était tué pendant les années de la regle communiste de l'Union Sovietique, une commission russe a dit (novembre 1995) - on a détruit 40,000 églises dans la période entre 1922 à 1980..."

Pendant l'époque bolchevique, 52% des membres du parti communiste était judaique, bien que les Juifs ne fussent que 1.8% de la population totale . (Stuart Kahn: Le Loup du Kremlin, p. 81.)

La liste suivante, que n'est pas de tout hexostive donne les noms de quelques assassins, commissaires, espions et propagandistes (les faux noms sont donnés en parenthèse).

V.I. Lenin, (Ulynov) le dictateur suprême.

Leon Bronstein (Trotsky) : le generalissime de l'armée Sovietique.

Grigory Apfelbaum (Zinoviev) : pouvoir executif de la Police Sécréte Sovietique .

Solomon Lozovsky : le député ministre sovietique des étrangères .

Maxim Wallach (Litvinov) : Le ministre étrangère.

Yuri Andropov: le directeur du KGB, plus tard le dictateur suprême de l'Union Sovietique.

Jacob Sverdlov : le premier president de l'Union Sovietique. Sverdlov a donné l'ordre pour le massacre de la famille royale(TZARS) à Yekaterinburg, (nommé Sverdlovsk en 1924 pour faire honneur à l'assassin.)

Jacob Yurovsky : le commandant de la Police Sécrete. Yurovsky a commandé le groupe qui a tué la famille du Tzar.

Lazar Moiseyevich Kaganovich : l'assassin en chef de Stalin, qui a ordonné la mort de quelques millions de gens et la déstruction generale des monuments et des églises chrétiennes, comprenant le grand cathédral de Christ le Sauveur.

Mikhail Kaganovich : le deputé commissaire de l'industrie lourd, le surveillant du travail d'esclave, le frère de Lazar.


Rosa Kaganovich : la mâitresse de Stalin, la soeur de Lazar.

Paulina Zhemchuzina: la femme de Molotov le Ministre Ètrangère Sovietique et une membre de la Commission Centrale.

Olga Bronstein : Une officière du Cheka - la Police Secrete - la soeur de Trotsky et la femme de Kamenev .

Lavrenti Beria Beria était l'associé et le confidant de Stalin en Georgie, leur pays natal. En 1938 on l'a mit chef du redoutable NKVD. Il était responsable du massacre infame de Katyn ,soldats captifs et intellectuels polonais. Il était aussi responsable de la direction des Gulags et la mort de millions de gens. C'était bien connu que Beria a ordonné que ses gardes du corps dussent enlever les jeunes filles de sorte qu'il pût les violer dans son bureau à Lubyanka, qu'il employait aussi comme une chambre de torture.

Genrikh Yagoda : chef de la Police Secrete Sovietique - un assassin en millions.

Matvei Berman et Naftaly Frenkel : les fondateurs de la système de Gulag.

Lev Inzhir, Le commissaire de la transportation et de l'administation des Gulags.

Boris Berman :un officier de la Police Secrete Sovietique et le frère de Matvei.

K.V. Pauker : le chef des operations de NKVD.

Firin, Rappoport, Kogan, Zhuk : Les commissaires des camps de la mort et du travail pendant la construction du Canal de Mer Blanc/ Baltique.

Leiba Lazarevich Feldbin (Aleksandr Orlov): commandant de l'armée Sovietique ; officier de la Police Secrete Sovietique. Feldbin était le chef de la Securité Sovietique pendant la Guerre Civile espagnol. Il a surveillé le massacre des prêtres catholiques et des paysans en Espagne.

Yona Yakir : un chef de l'armée sovietique et un membre de la Commission Centrale.

Au moins une centaine des genéraux sovietiques étaient judaiques. (cf. Les Nouvelles Judaiques de Canadá, avril 19, 1989). Les genéraux qui n'étaient pas eux-mêmes judaiques souvent avaient des femmes juives. Parmi eux on trouve le Maréchal Voroshilov, le Maréchal Bulganin, le Maréchal Peresypkin et le Genéral Pavel Sudoplatov. (Sudoplatov a assassiné quelques centaines de chefs chrétiens y compris l'archéveque catholique d'Ukraine Teodor Romzha). On peut trouver ce "plan d'assurance vie" d'avoir une femme juive parmi les membres du Politburo comme Andrei Andreyev et Leonoid Brezhnev.

Sergei Eisenstein : le directeur des films de la propaganda communiste qui montraient les paysans chrétiens comme les parasites grippes-sou hideux.

KOMZET : La commission pour l'établissement des Communistes Judaiques sur la terre qu'ils avaient volé aux chretiens assassinés en Ukraine ; le financier judaique/americain Julius Rosenwald a versé l'argent pour KOMZET.

Ilya Ehrenburg , le Ministre de la Propaganda Sovietique, qui a produit dès 1930s les films plein d'haine contre les Allemands. C'était Ehrenburg qui a poussé l'armée sovietique au rapt et a l'assassinat des bourgeois allemands. Il a offert le destin des femmes allemandes aux soldats russes : "cette sorcière d'allemagne doit souffrir."

Les chefs sovietiques ont reconnu qu'Ehrenburg cherchait l'extermination du peuple allemand (cf. Pravda, avril 14, 1945 - aussi publié dans une édition yiddish, Einikeyt). Ehrenburg a reçu l'Ordre de Lenin et le Prix de Stalin. Il a laissé ses papiers au Musée israelienne d'Holocauste Yad Vashem.

Solomon Mikhoels : Le commissaire de la propaganda sovietique.

Quelques propagandistes des films sovietiques; Mark Donsky, Leonid Lukov, Yuli Reisman, Vasily Grossman,Yevgeny Gabrilovich, Boris Volchok et Lillian Hellman (on continue de montrer les vieux films qu'ils ont écrit à la television americaine....

La Commission Anti-Fascist Judaique (JAC) est une nouvelle forme du Bolshevique YEVKOM, qui était le methode de Stalin pour recevoir l'argent, la fourniture et l'influence politique pour Russie Sovietique de la Juiverie mondiale et aussi pour la dissémination de la propaganda de l'atrocité des chambres de gaz. (cf. Le Livre Noir).

Nikolai Bukharin: La théoricien principale de Lenin.

Samuel Agursky : Commissaire .

Karl Radek : Membre de la Commission Centrale.

Mikhail Gruzenberg (Borodin): commissaire.

A.A. Yoffe : commissaire.

David Ryazanov : conseiller à Lenin.

Lev Grigorievich Levin : médecin et empoisonneur des enemis de Stalin.

Lev Rosenfeld (Kamenev): Membre de la Commission Centrale.

Ivan Maisky : L'ambassade sovietique en l'Angleterre .

Bela Kun (Kohen) : Le dictateur suprème d'Hongrie en 1919. Plus tard Kun était le terroriste principal pour Stalin en Crimée. Le successeur de Kun était Matyas Rakosi, un assassin communiste judaique de beaucoup de chrétiens en Hongrie. Selon l'Agence de Télégraphe Judaique de mai 14, 1997, les Juifs "ont joué un rôle clé pour introduire le régime communiste en Hongrie." En effet pendant l'oppression brutale des premiers années en 1950 les cinq chefs principaux du régime étaient Juifs.

Moshe Pijade (quelquefois dit Piade): le commandeur de l'Armée du Peuple Yougoslavien etait le boucher principal pour Tito des centaines de milliers des chrétiens Croatiens. Plus tard Pijade est devenue le President du Parlement Communiste Yougoslavien. Au moins dix-huit des généraux dans l'armée du Peuple étaient Juifs. Le parti communiste Yougoslavien a envoyé beaucoup de chargements d'armes aux Juifs de Palestine pendant les ans 1940s.

Après la guerre la Pologne était dominé complètement par les Juifs communistes: le bourreau Jacek Rozanski, chef de la Police Secrete; le chef de Politburo Jacob Berman et les commissaires : Minc, Specht (Olszewski) et Spychalski . Ces hommes ont tué ou déporté à Kolyma et les autres camps arctiques de mort quelques milliers des Polonais catholiques.

Piotr S. Wandycz de l'Université de Yale dit: "Tous les Polonais pouvaient voir que pendant l'époque de Stalin les deux hommes les plus puissants dans le pays - Berman et Minc - étaient Juifs et l'officiel redoutable de la securité Rozanski . était aussi judaique." (N.Y. Review of Books, août 18, 1983, p. 51).

C'est aussi interessant que le dernier "Polonais" (avec une mère Juive) Pape Jean Paul II avait toujours donné son prestige et sa presence aux canonisations et aux commemorations des victimes des Nazis. Ce Pape jamais n'a dit un mot des massacres des catholiques de Pologne, d'Espagne, de Croatie, ou de Lithuanie. Il était trop occupé d'entonner la "Shoah", parlant des juifs comme "nos frères plus agés de la Fé", donnant la reconnaissance officielle à l'etat d'Israel, que même les Haredi Rabbins orthodoxes considérent comme une attaque abominable le blasphème sur leur religion, et attaquant le peuple allemand comme "l'image de la bête".

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget