mardi 27 avril 2010

Les Juifs et le libéralisme

Les Juifs et le libéralisme


« The Sentinel »

Dans ce journal juif du 9 juin 1936, le rabbin Louis I. Newmann écrit ceci : « Les Juifs doivent toujours se trouver du côté du libéralisme maintenant et toujours. Même si le libéralisme subit des revers temporaires. Le Judaïsme n’a rien de commun avec la réaction (Nationalisme) mais tout dans sa tradition est libéral. »


Un intéressant document britannique
concernant les Juifs

En avril 1919 à Londres, fut imprimé par ordre de Sa Majesté, un Livre blanc, intitulé « Russia N°1 » publié en 1919, « A Collection of Reports on Bolshevism in Russia ». (Ensemble de rapports sur le Bolchevisme en Russie). Ce document officiel fut soumis à la Chambre des Communes. Ce document, à la page 6, contenait un rapport de Son Excellence M. Oudendyk, ministre des Pays Bas à Pétrograde, qui agissait en même temps à titre officiel comme protecteur des sujets et intérêts britanniques, à la place de représentant anglais, le capitaine Cromie, assassiné par les Bolcheviques.

Extrait de ce rapport officiel, daté du 6 septembre 1918, et reçu par Balfour le 18 septembre 1918 :

« A Moscou j’ai eu des entrevues répétées avec Chichérine et Karachan. Tout le gouvernement soviétique est tombé au niveau d’une organisation criminelle. Les Bolcheviques se sont lancés dans une véritable folie criminelle. Le danger est maintenant si grand que je crois de mon devoir d’attirer l’attention du gouvernement britannique et de tous les autres gouvernements sur le fait que la civilisation mondiale dans sa totalité est grandement menacée si le Bolchevisme russe n’est pas immédiatement éradiqué. Je considère que la suppression immédiate du Bolchevisme est le plus grand problème qui se pose maintenant au monde, sans en excepter la guerre qui fait rage actuellement. A moins que le Bolchevisme ne soit étouffé dans l’œuf sans tarder, il se répandra sous une forme ou une autre en Europe et dans le monde entier car il est organisé et bâti par des Juifs sans nationalité dont le seul but est de détruire pour leur fin particulière l’ordre existant des choses. La seule façon d’écarter ce danger serait une action collective de toutes les puissances. »


Constatations incontournables

· Le général communiste chinois Chen se nommait Cohen.
· L’organisateur du communisme en Chine se nommait Crusenberg, alias Borodine.
· Le chef des marxistes en Italie était le Juif Claudio Trèves.
· En Russie, Lénine, Trotsky, Kerensky, Zinoviev, Radomilisky, Konstantinovitch, Abramovici, Rosenblum, Litvinov, Lindé, Ravitch et des milliers d’autres dirigeants soviétiques étaient Juifs.
· En Hongrie, le mouvement révolutionnaire de 1919 était dirigé par les Juifs Bela Kuhn, Kunsi, Agoston, Peter Grunbaum, Weinstein, etc.
· En Bavière, la révolution de 1918 avait des Juifs pour chefs : Kurt Eisner, Loewenberg, Rosenfeld, Koenigberg, Birbaum, Kaiser, Hoch.
· A Berlin, en 1918, ce furent les Juifs Lundsberg, Riesenfeld, Lewisohn, Moses, Rosa Luxembourg, Cohen, Reuss, Hodenberg.
· A Munich, en avril 1919 les meneurs étaient Lévine, Levien, Axelrod.
· A Hamburg, en 1923, le juif Sobelsohn (Karl Radek).
· Au Brésil, en 1936 une insurrection marxiste éclata. Les meneurs étaient les Juifs Rosenberg, Gardelsran, Gutnik, Képlanski, Goldberg, Sternberg, Jacob Gria, Weiss, Friedmann.
· En Espagne, en 1936, on voit réapparaître les Bela Kuhn, Neumann, Ginsburg, Julius Deutch, la Juive Nelken, Rosenberg, ambassadeur d’URSS, le Juif Del Vayo, délégué de la SDN.
· Toute une foule de Juifs d’Espagne présidaient aux massacres et aux atrocités.

Exactement comme en Russie… Le fait est que toutes ces révolutions communistes, déclenchées en faveur du prolétariat, se traduisent dans les faits par des massacres de paysans et d’ouvriers sacrifiés à la cause juive.




















Un grand banquier juif
fait de sensationnels aveux

A la fin de 1936, le comte de Saint-Aulaire, ambassadeur de France, publiait un livre « Genève contre la Paix » (Edition Plon). Il y rapportait les déclarations faites devant lui par un grand banquier juif de New York dans un café de Budapest, capitale de la Hongrie, que le Juif Bela Kuhn venait d’ensanglanter par une affreuse révolution communiste. La banque dont il est question ici est la Banque Kuhn, Loeb & Cie de New York, dont les directeurs étaient Jacob H. Shiff, Otto H. Kahn, les frères Paul et Félix Warburg.

Voilà ce qu’on peut lire page 85 et suivantes dans ce livre :

« Cette situation explique comment les alliés masqués de Bela Kuhn étaient demeurés à Budapest après sa déroute et comment on pouvait les rencontrer à la table des missions interalliées dont certains d’ailleurs étaient membres, ce qui leur était très commode pour l’accomplissement de leur autre mission. Ils sablaient aussi joyeusement le Tokay chez les Alliés que chez Bela Kuhn et quand ils avaient bu plus que de petits enfants ne buvaient de lait, leurs langues se déliaient. Nombre de révolutionnaires Juifs expulsés de Hongrie y étaient revenus après l’armistice, sous l’uniforme américain, et ce sont leurs rapports à Wilson qui inspiraient la politique du Conseil Suprême en Europe centrale.

J’ai retenu les propos d’un de ces augures dont je fus le voisin de table à un de ces dîners internationaux qui sont la meilleure école et le plus dangereux écueil de la diplomatie. Il était devenu un des directeurs d’une grande banque de New York, une de celles qui finançaient la révolution bolchevique. Mais ce n’était pas un de ces banquiers scellés au sol comme un coffre-fort, selon de mot de Louis Philippe sur Casimir Perrier. Il avait du « plafond » dans sa spécialité et le crevait volontiers pour atteindre des régions supérieures.

En bon Oriental, il s’exprimait par images auxquelles, en cérébral, il donnait des prolongements intellectuels. Un convive lui ayant demandé « comment la Haute Finance pouvait protéger le bolchevisme, ennemi de la propriété immobilière, condition de l’industrie bancaire, comme de la richesse immobilière qui lui est non moins nécessaire », notre homme préposé au ravitaillement des sans-pain, vida un grand verre de Tokay, prit un temps, en tirant une bouffée de son énorme cigare à cinq francs-or, et dit : « Ceux qui s’étonnent de notre alliance avec les Soviets oublient que le peuple d'Israël est le plus nationaliste de tous les peuples, car il est le plus ancien, le plus uni, le plus exclusif. Ils oublient que son nationalisme est le plus héroïque car il a résisté aux plus terribles persécutions.
Ils oublient aussi que c’est le nationalisme le plus dur, le plus immatériel, puisqu’il a subsisté à travers les siècles en dépit de tous les obstacles sans le support d’un territoire. Il est œcuménique et spirituel comme la papauté. Mais il est tourné vers l’avenir au lieu de l’être vers le passé et son royaume est ici-bas. C’est pourquoi il est le sel de la terre ce qui ne l’empêche pas d’être, comme on le dit sur le boulevard, le plus dessalé des nationalismes, c’est à dire, le plus décanté, le plus dépouillé… »

Quelques convives ayant accueilli ces derniers mots par un sourire mal réprimé, ce Sage de Sion y répondit par cette glose : « Quand je dis le plus dépouillé, j’entends que notre nationalisme est le plus buvable de tous, celui qui a le plus de bouteille, celui que les autres peuples absorbent le plus facilement avec délices et sans mal aux cheveux. Pour en venir au sel, connaissez-vous le précepte des saleurs de morue ? Je l’ai appris sur le banc de Terre Neuve. Le voici : Trop de sel brûle la chair, pas assez la corrompt. De même pour l’esprit et pour les peuples. Nous appliquons ce précepte sagement, ainsi qu’il convient, le sel étant l’emblème de la sagesse.

Nous le mêlons discrètement au pain des hommes : nous ne l’administrons à doses corrosives que dans des cas exceptionnels quand il s’agit de brûler les débris d’un impur passé, comme par exemple dans la Russie des tsars. Cela vous explique déjà un peu pourquoi le bolchevisme nous agrée : c’est un admirable saloir pour brûler non pour conserver. Mais en dehors et au dessus de ce cas particulier, nous communions avec le marxisme intégral dans l’Internationale, notre religion, parce qu’il est l’arme de notre nationalisme, arme tour à tour défensive et offensive, le bouclier et le glaive.

Le marxisme, direz-vous, est aux antipodes du capitalisme qui nous est également sacré. C’est précisément parce qu’ils sont aux antipodes l’un de l’autre qu’ils nous livrent les deux pôles de la planète et nous permettent d’en être l’axe. Ces deux contraires trouvant comme le bolchevisme et nous, leur identité dans l’Internationale. De plus ces deux contraires qui sont aux antipodes de la société comme de la doctrine, se rejoignent dans l’identité de la même fin : la rénovation du monde par en haut, c’est à dire par le contrôle de la richesse et par en bas, c’est à dire par la révolution.

Pendant des siècles, Israël a été séparé de la chrétienté, refoulé dans le ghetto afin de montrer aux fidèles ce qu’on appelait les témoins de l’ancienne foi, dans un abaissement qui, disait-on, était l’expiation du déicide. C’est ce qui nous a sauvés et, par nous, sauvera l’humanité. Nous avons ainsi conservé notre génie et notre mission divine. C’est nous aujourd’hui les vrais fidèles. Notre mission consiste à promulguer la loi nouvelle et à créer un Dieu, c’est à dire épurer la notion de Dieu et à la réaliser quand les temps seront révolus. Nous l’épurons en l’identifiant à la notion d’Israël devenu son propre Messie, ce qui en facilitera l’avènement par notre triomphe définitif. C’est notre Nouveau Testament.


Nous y réconcilions les rois et les prophètes, comme David le prophète-roi ou le roi-prophète, les réunissant en sa personne. Nous sommes rois pour que les prophéties s’accomplissent et nous sommes prophètes pour ne pas cesser d’être rois ».

Là-dessus, ce roi-prophète but un autre verre de Tokay.

Un sceptique lui fit cette objection : « Ce Messie dont vous êtes les prophètes et les apôtres, ne risquez-vous pas d’en être aussi les martyrs ? car enfin, si dépouillé que soit votre nationalisme, il dépouille parfois les autres peuples. Si vous méprisez la richesse vous ne la dédaignez pas, ne serait-ce que comme moyen non de jouissance, mais de puissance. Comment le triomphe de la révolution universelle, destructrice et négatrice du capitalisme, peut-il préparer le triomphe d’Israël arche sainte de ce même capitalisme ? »

« Je n’ignore pas que Jéroboam a fondé à Dan et à Béthel, le culte du Veau d’Or. Je n’ignore pas non plus que la révolution est, dans les Temps modernes, la grande prêtresse de ce culte, la plus diligente pourvoyeuse de ses tabernacles. Si le Veau d’Or est toujours debout, son piédestal le plus confortable est le tombeau des Empires, et cela pour deux raisons : d’abord la révolution n’est jamais qu’un déplacement de privilèges, partant de richesses. Or ce qui nourrit notre Veau d’Or, ce n’est pas la création de richesses, ni même leur exploitation, c’est surtout leur mobilisation, âme de la spéculation. Plus elle change de main et plus il en reste dans les nôtres. Nous sommes des courriers qui touchons des commissions sur tous les échanges, ou si vous préférez, des péagers qui contrôlons les carrefours du globe et percevons une taxe sur tous les déplacements de la richesse anonyme et vagabonde, que ces déplacements soient des transferts d’un pays à l’autre, ou des oscillations entre les cours. A la calme et monotone chanson de la prospérité nous préférons les voix passionnées et alternées de la hausse et de la baisse. Pour les éveiller, rien ne vaut la révolution si ce n’est la guerre, qui est une forme de révolution. En second lieu la révolution affaiblit les peuples, les met en état de moindre résistance contre les entreprises étrangères. La santé de notre Veau d’Or exige la maladie des Nations, celles qui sont capables de se développer par elles-mêmes. Nous sommes au contraire, solidaires des grands Etats modernes comme la France, les Etats-Unis, l’Angleterre, l’Italie, représentés à cette table, qui nous ont accordé une généreuse hospitalité et avec qui nous collaborons pour le progrès de la civilisation. #

Mais prenez par exemple la Turquie d’avant-guerre, « l’homme malade » comme l’appellaient les diplomates. Cet homme malade était un élément de notre santé car il nous prodiguait des concessions de toutes natures, banques, mines, ports, chemins de fer, etc.
Toute sa vie économique nous était confiée : nous l’avons si bien soigné qu’il en est mort, du moins en Europe. En nous plaçant du point de vue terre à terre de l’accumulation des richesses en vue de l’accomplissement de notre mission, nous avons besoin d’un autre homme malade. C’eût été déjà une raison suffisante en dehors de considérations plus élevées, pour inoculer le bolchevisme à l’ancienne Russie. Elle est maintenant l’homme malade d’après guerre, beaucoup plus nourrissant que l’Empire Ottoman et qui se défend encore moins. La voici à point pour un autre festin. Ce sera bientôt un cadavre, nous n’aurons que la peine de le dépecer ».

A l’autre bout de la table, un coreligionnaire, enfant terrible de la synagogue, guettait le moment de placer son mot : « On nous prend pour des rapaces, nous sommes plutôt des charognards ».

Oui, si vous y tenez, répliqua le confesseur de la loi nouvelle. Mais ajoutez que nous le sommes pour le bien de l’humanité, pour sa santé morale, comme dans les pays où la voirie est rudimentaire, d’autres oiseaux le sont pour la salubrité publique. Ajoutez aussi que notre dynamisme essentiel utilise les forces de destruction et de création mais utilise les premières pour alimenter les secondes. Qu’étaient des pays comme l’ancienne Turquie, l’ancienne Russie, et même à une moindre échelle l’ancienne Hongrie avec son régime féodal et ses latifundia ? Ils étaient des membres paralysés qui gênaient tous les mouvements du monde ; ils étaient des embolies de l’Europe qui pouvait en mourir, des caillots de sang oblitérant des vaisseaux vitaux. En les dissolvant nous les restituons au courant circulaire du corps tout entier. Si au cours de l’opération giclent quelques gouttes de sang liquéfié, pourquoi nous en émouvoir ? C’est le prix infime d’un immense bienfait. Quelqu’un a dit que « nous sommes révolutionnaires parce que nous sommes conservateurs de nous-mêmes. »

Dans l’aménagement du monde nouveau, nous prouvons notre organisation pour la révolution et pour la conservation par cette destruction, le bolchevisme, et par cette construction de la Société des Nations, qui est aussi notre œuvre, l’un étant l’accélérateur, l’autre le frein de la mécanique dont nous sommes le moteur et la direction. Le but ? Il est marqué par notre mission. Israël est une nation synthétique et homogène. Elle est formée d’éléments épars dans toutes les parties du monde mais fondus à la flamme de notre foi en nous-mêmes. Nous sommes une SDN qui résume toutes les autres. C’est ce qui nous qualifie pour les réunir autour de nous. On nous accuse d’en être les dissolvants. Nous ne le sommes que sur les points réfractaires à cette synthèse dont la nôtre est l’exemple et le moyen. Nous ne dissocions la surface que pour réveiller dans les profondeurs les affinités qui s’ignorent. Nous ne sommes le plus grand commun diviseur des peuples que pour en devenir le plus grand commun fédérateur. Israël est le microcosme et le germe de la Cité future ».


Ce texte mérite une profonde méditation. Il est simplement ahurissant.


























Dr. Oscar Lévy, Juif :
« Nous, les Juifs, avons conduit les Goyim dans un nouvel enfer »

En 1920, l’écrivain anglais Pitt-Rivers du Worcester College, Oxford, publia un opuscule dont le titre était : « Signification mondiale de la Révolution Russe ». L’éditeur était Basil Blackwell à Oxford. Le Dr Oscar Lévy, très considéré dans les milieux littéraires, écrivit une préface à cet ouvrage.

Je n’ai jamais rencontré une incroyable et parfaite confession écrite par un Juif. Aucun Goy, pas même un Céline, ne serait capable d’atteindre un tel niveau de lucidité. Ceci pour dire que tout est Juif, même la forme la plus parfaite et achevée de l’antisémitisme (antijuivisme, devrait-on dire).

Seule la grande Simone Weil fit dans son livre « La pesanteur et la Grâce » au chapitre « Israël » une remarquable critique d’une hauteur métaphysique inégalable. Aucun goy n’est parvenu à un tel niveau en matière d’antijuivisme…
En voici l’essentiel :

« Le bolchevisme est une religion et une foi. Comment ces croyants demi-convertis pouvaient-ils rêver de vaincre les « vrais » et les « fidèles » de leur propre foi, ces saints croisés qui s’étaient ralliés autour du drapeau rouge du prophète Karl Marx et qui avaient combattus sous la guidée audacieuse de ces officiers expérimentés des dernières révolutions : les Juifs ?…

Il n’y a pas en ce monde de race plus énigmatique, plus fatale et par conséquent plus intéressante que celle des Juifs. Tout écrivain qui, comme vous, est oppressé par l’aspect du présent et embarrassé par son angoisse devant l’avenir, doit chercher à élucider la question juive et sa portée sur notre époque.#

Car la question juive et son influence sur le monde ancien et moderne plonge à la racine même de toute chose et doit être discutée par tout penseur honnête, si grandes soient les difficultés qu’elle comporte, si complexe soit le sujet, aussi bien que les individus de cette race. #

Vous révélez, et avec une grande ferveur, les rapports qui existent entre le collectivisme de la finance internationale immensément riche- la démocratie des valeurs d’argent, comme vous l’appelez – et le collectivisme international de Karl Marx et de Trotsky. Et tous ces maux et ces misères économiques aussi bien que politiques vous en remontez la trace à une seule source une seule « fons et origo malorum » : Les Juifs.
Eh bien ! d’autres Juifs pourraient vous outrager et vous crucifier pour cette énergique expression de votre opinion . Pour ma part je m’abstiendrai de grossir le chœur de la condamnation qu’ils vous infligeraient.

Je dois tout d’abord dire ceci : il ne s’est guère passé un événement dans l’Europe moderne sans qu’on puisse en remonter la trace jusqu’aux Juifs. Toutes les idées et tous les mouvements des temps modernes ont jailli d’une source juive et ceci pour la simple raison que l’idée sémitique a finalement conquis et entièrement asservi notre univers. Il ne fait aucun doute que, dans tout ce qu’ils font, les Juifs renchérissent en mieux ou en pire sur les Goyim et il ne fait aucun doute que leur influence aujourd’hui justifie une très soigneuse enquête et il n’est pas possible d’envisager cette influence sans sérieuses alarmes. Nous les Juifs, nous nous sommes trompés, mon Ami, nous nous sommes très gravement trompés. Il n’y a plus, aujourd’hui, que fausseté et folie. Une folie qui produira une misère encore plus grande et une anarchie encore plus profonde.

Je vous le confesse ouvertement et sincèrement, avec le chagrin dont seul un ancien psalmiste pourrait mesurer la profondeur et la douleur en notre époque incendiée. Nous avons posé en sauveurs du monde, nous qui nous étions même vantés de vous avoir donné « le Sauveur », nous ne sommes plus aujourd’hui que les séducteurs du monde, ses destructeurs, ses incendiaires, ses exécuteurs. Nous avions promis de vous mener vers un paradis nouveau, et en fin de compte nous ne vous avons conduits que vers un enfer nouveau. Il n’y a pas eu de progrès, du moins moral et c’est seulement notre moralité qui a empêché tout progrès réel et, ce qui est pis, qui obstrue la voie de toute reconstruction future et naturelle dans notre monde ruiné. Je regarde ce monde et je frémis à la vue de son horreur, j’en frémis d’autant plus que je connais les auteurs spirituels de toute cette horreur.

Mais ces auteurs eux-mêmes, inconscients en ceci comme dans tout ce qu’ils font, ne savent encore rien de cette étonnante révélation. Pendant que l’Europe est en flammes, pendant que ses victimes gémissent, pendant que ses chiens hurlent à la conflagration, pendant que ses fumées descendent en nappes plus épaisses et plus sombres sur notre continent, les Juifs, ou au moins certains d’entre eux, et non des moins dignes, essaient de s’échapper de l’édifice en flammes, désireux de passer d’Europe en Asie, de la sinistre scène de notre désastre, vers le coin ensoleillé de la Palestine. Leurs yeux sont fermés aux misères, leurs oreilles sont sourdes aux plaintes, leur cœur est emddurci à l’anarchie de l’Europe. Ils ne ressentent plus que leurs propres chagrins, ils ne pensent plus qu’à leur propre sort, ils ne soupirent plus que sous leur propre fardeau. » #











































Voici un document atroce :
alors que les Juifs fomentent les guerres mondiales,
cet article donne la nausée

« The Sentinel », hebdomadaire juif de Chicago, a publié le 24 septembre 1936 le compte rendu de la Conférence centrale des rabbins américains. Ils ont pris la décision de demander au gouvernement des Etats-Unis de libérer de leurs obligations militaires les Juifs, qui, par objection de conscience, sont opposés à la guerre.

Il est donc bon pour eux de déclencher les guerres, mais de les faire faire par les Goyim. Ainsi toute l’élite goy sera décimée, comme ce fut exactement le cas en 1914-18.


La grande propriété anéantit la petite

Dans la « Nouvelle Revue Internationale » de janvier 1897, le grand Juif Théodore Herzl nous dit : « La question agraire n’est qu’une question de machines. L’Amérique doit vaincre l’Europe de même que la grande propriété anéantit la petite. Le paysan est un type appelé à disparaître. »























Les vrais génocides de L’Histoire

Les Juifs ne parlent jamais des cruels massacres de l’Histoire. Ils est inouï que l’on parle sans cesse des « Six millions » (vrais ou faux) et jamais des 80 millions de Goyims exterminés en URSS par un régime quintessentiellement Juif. (200 millions de victimes des régimes communistes dans le monde).

Dans l’Antiquité, sous Assuérus, 70.000 Goyim furent exterminés à l’instigation des Juifs. Ils célèbrent ce haut fait par la fête du Purim. La veille de la sortie d’Egypte, tous les premiers nés des familles égyptiennes furent massacrés. A la naissance du Christ, les Juifs massacrèrent les Saints-Innocents dans toute la Palestine dans l’espoir de tuer l’enfant-Dieu. Ils arrachent à Ponce Pilate la condamnation du Christ. Ils lapident saint Etienne et font massacrer les apôtres. Néron avait comme premier conseiller le Juif Attilius et pour favorite la Juive Poppée : ils l’incitèrent à massacrer des centaines de milliers de Chrétiens. Le livre Juif « Sepher Juchasin » (Amsterdam 1919), rapporte qu’au temps du pape Clément 1er (89-97), les Juifs mirent à mort à Rome et dans ses environs « une foule de Chrétiens innombrables comme les sables de la mer ».

Dion Cassius, le grand historien de l’Antiquité, dans son « Histoire romaine » (traduction Anthoine de Bandole, 1660), écrit : « durant ce temps, les Juifs qui habitaient le long de Cyrène, ayant pour capitaine un certain Andréas, tuèrent tous les Grecs et les Romains, mangèrent leur chair et leurs entrailles, se baignèrent dans leur sang et se vêtirent de leur peau.
Ils en firent mourir, certains fort cruellement en les sciant depuis le sommet de la tête tout à travers le milieu du corps. Ils les jetèrent aux bêtes et contraignirent les autres à combattre l’un contre l’autre. Ils en firent mourir 220 000. Ils exercèrent une semblable cruauté en Egypte et dans l’île de Chypre ayant pour chef et conducteur de leurs cruautés un certain Artémion. En l’île de Chypre, ils massacrèrent 240 000 personnes à cause de quoi, il n’est plus permis à un Juif d’y descendre ».

Edward Gibbon, dans sa célèbre étude historique « Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain » (1776) confirme : « Dans Cyrène, ils massacrèrent 220 000 Grecs. Ils massacrèrent 240 000 personnes à l’île de Chypre et en Egypte une vaste multitude. La plupart de ces malheureuses victimes furent sciées en deux conformément à l’idée que David l’avait autorisé par sa conduite ».

Le livre Juif « Sepher Hodoroth » nous apprend que Rabbenu Jehouda avait la faveur de l’empereur Antonin le Pieux. Il lui désigna la malice des Nazaréens (chrétiens) comme cause d’une maladie pestilentielle et obtint l’exécution de tous les Nazaréens qui se trouvaient à Rome en l’an 3915 (155 ap. J.-C.). Le même livre nous apprend que ce fut par l’influence des Juifs que Marc Aurèle fit massacrer tous les Nazaréens qu’il put en l’an 177. Parmi eux, Saint Pothin et quarante sept de ses fidèles, dont sainte Blandine et les chrétiens Macturus et Sanctus. Il nous enseigne aussi comment les Juifs purent s’en donner à cœur joie sous le monstre Caracalla, « la bête féroce d’Ansonie ». Le livre nous dit qu’en 3974 (214 ap. J.-C.), les Juifs tuèrent 200 000 Chrétiens à Rome et tous les Chrétiens de Chypre.

Le « Sepher Juchasin », livre Juif, nous dit aussi (page 108) que, « sur le désir des Juifs, Dioclétien tua un grand nombre de Chrétiens parmi lesquels les papes Caïus et Marcellinus de même que le frère de Caïus et sa sœur Rosa. »

Mahomet fut empoisonné par une Juive.

Des Juifs assassinèrent le tsar Nicolas II et toute sa famille. Alexandre de Yougoslavie et Louis Barthou furent assassinés par le Juif Peter Kalmen, Huey Long par le Juif Weiss, l’archiduc François-Joseph par le Juif Princip, l’archiduc Rodolphe de Habsourg par une Juive. Il y eut de nombreux assassinats judéo-maçonniques : celui du tsar Alexandre II, du roi de Suède Gustave III, Louis XVI et sa famille, Pellegrino Rossi, ministre de Pie IX, Garcia Moreno, président de l’Equateur, le roi Carlos du Portugal, le président Paul Doumer, le marquis de Morès, le conseiller Prince, le président Felix Faure, le président Abraham Lincoln, le premier ministre Stolypine, le comte Tisza…

Nous avons mentionné les massacres, en trois mois, de 30 000 chrétiens par les Juifs Bela Kuhn et Szamuely en 1918.





Mais les plus grands massacres politiques de l’Histoire du Monde eurent lieu en Russie bolchevique : sous le joug des Juifs parmi lesquels nous citerons Trostky, Sverdloff, Zinovieff, Kameneff, Litvinov, Yagoda, Joffe, Kaganovitch (beau-frère de Staline), Karakhan, Levine, Rappaport, Parvus-Halphand, Radek-Sobelsohn, Garine, etc.

Furent assassinés, souvent dans des conditions atroces : un million neuf cent mille évêques, prêtres, princes, nobles, officiers d’armée et de police, bourgeois, instituteurs, ingénieurs, ouvriers et paysans martyrisés en 18 mois. Trente millions morts de faim et d’épidémies dues aux famines artificielles depuis 1917. (Source : Croix-Rouge Internationale, Dr Fritjof Nansen).

Sous les Juifs Kurt Eisner et les frères Lévine, les otages de Munich en Bavière furent massacrés.

En Espagne, pendant le guerre civile, eut lieu un immense massacre judéo-communiste : 400 000 chrétiens massacrés à l’arrière des lignes de feu, exclusivement pour leur foi religieuse et nationale par les Juifs Zamorra, Azana, Rosenberg.

En Chine, immense massacre judéo-communiste qui coûta la vie à quinze millions de Chinois en quinze ans dans les provinces sous contrôle communiste.

Ce n’est là qu’un aperçu de ces horreurs. Tout cela est loin d’être exhaustif.# La vie des saints, l’histoire de l’Antiquité et du Moyen Age et des Temps modernes en sont remplis. Les Juifs, quand ils furent châtiés, ne subirent pas le dixième des maux qu’ils avaient infligés aux peuples qui les avaient accueillis.

Dans l’Histoire objective du monde, les Juifs apparaissent comme un peuple de persécuteurs féroces et non comme une minorité persécutée, bien que leurs exactions dans les pays d’accueil ont systématiquement provoqué pogromes et expulsions, ceci dans tous les pays où ils ont vécu et à toutes les époques, sans exception. Les Juifs essayent de nous persuader du contraire, mais les faits sont là, et bien souvent confirmés par la tradition et les livres juifs eux-mêmes.









































Intéressant document sur
la conversion du Grand Rabbin Néofit

Ce grand rabbin se convertit au christianisme et devint moine. Il publia en 1803, en langue moldave, « Le sang chrétien dans les rites israélites de la Synagogue moderne ». Le livre fut traduit en grec en 1833. Voilà ce que l’on y lit page 33 :
« Ce terrible secret n’est pas connu de tous les Juifs mais seulement des Chakam (docteurs en Israël) et des rabbins qui portent le titre de « conservateurs du mystère du sang ».
Ceux-ci le communiquent verbalement aux pères de famille et ceux-ci à leur tour confient le secret à celui de leurs fils qui leur semble le plus digne de confiance, tout en y ajoutant des menaces épouvantables contre celui qui trahirait le secret ».

Le rabbin converti relate ensuite :

« Lorsque j’eus treize ans, mon père me prit à part dans une pièce obscure et après m’avoir représenté la haine contre les chrétiens comme une chose agréable à Jéhovah, il me dit que notre Dieu nous avait ordonné de répandre le sang chrétien et de le réserver pour un usage rituel. Mon fils, dit-il en m’embrassant, maintenant que tu es en possession de ce secret, tu es devenu mon plus intime confident, vraiment un autre moi-même ! Puis il plaça une couronne sur ma tête et me donna des explications concernant le mystère du sang jadis révélé aux Hébreux par Jéhovah. Dorénavant je serai le dépositaire du plus important secret de la religion israélite. Des imprécations et des menaces terribles furent proférées contre moi si jamais je révélais ce secret à ma mère, mes frères, mes sœurs, ou ma future épouse. Je ne devrai le révéler qu’à celui de mes fils qui serait le plus apte à le conserver. Ainsi le secret passerait de père en fils à travers les générations jusqu’aux siècles à venir ».





















Deux citations intéressantes de Zinovieff, Juif

La première fut publiée dans « La Gazette », journal bolchevique, et la seconde dans « La Commune du Nord » de Pétrograd du 18 septembre 1918 : « Nous rendrons nos cœurs cruels, durs, impitoyables, afin que la clémence n’y pénètre pas et qu’ils ne frémissent pas devant un océan de sang ennemi. Nous lâcherons les écluses de cette marée sanglante. Sans pitié, sans merci, nous tuerons nos ennemis par milliers. Nous les noierons dans leur propre sang. Nous l’emporterons de la population russe : 90 millions sont sous la puissance des Soviets ; le reste, nous l’exterminerons. »
Remarque : Le « Livre noir du communisme » évalue à 80 millions le nombre de victimes du communisme russe.






L’or Juif, maître du monde

Les Juifs contrôlent tous les medias : éditions, presse, radio, télévision… Ils sont donc des instruments de propagandes pseudo-démocratiques, car c’est le seul régime qui assure leur hégémonie, qu’aucun régime traditionnel ne leur accorderait.

Ils contrôlent donc les masses et les politiciens qui en font partie (aucune élite véritable n’accepterait le diktat du bulletin de vote ou de participer à des concours aussi stupides que l’agrégation ou l’ENA). Ils contrôlent entièrement le cinéma : propagande, violence, sexe, dénaturation de toutes les valeurs fondamentales qui sont l’essence de l’Homme.
Ils contrôlent la mode : les homosexuels y sont incités à pervertir tout sens esthétique, même à ce niveau élémentaire qu’est l’habillement. Les jeunes aujourd’hui sont des vachers blue-jeaneux, patateux et bariolés. Les femmes s’hommassisent vestimentairement et psychologiquement.

Les Juifs contrôlent l’or et sa manipulation qui fixent le cours et la valeur des monnaies nationales. Citons : Rothschild, Bleichroeder, Kuhn, Loeb & Cie, Japhet, Seligmann, Lazard et consorts. Au cours de ce siècle, les Sasoon contrôlaient l’opium dans le monde entier. Aujourd’hui la Haute finance juive gère la drogue.

· Alfred Mond (Lord Melchett) contrôle le nickel.
· Louis-Louis Dreyfus contrôle le blé.

Les Juifs contrôlent les trois internationales prolétariennes fondées par eux. Les Juifs contrôlent les sociétés secrètes : Franc-maçonnerie, Bilderberger, CFR, Trilatérale, dans lesquelles sont asservis tous les politiciens, qui en sont le plus souvent membres. Les Juifs contrôlent l’ONU comme ils contrôlaient la SDN. (voir document en fin de livre). Les Juifs exercent une formidable influence, directe ou indirecte, sur les gouvernements des nations occidentales. (directe : Angleterre : Hore-Belisha, Sassoon, etc. France : Léon Blum, Jean Zay, Georges Mandel-Rothschild, Pierre Mendès-France, Michel Debré, Laurent Fabius, etc.)

· Etats-Unis : Morgenthau, Perkins, Baruch, colonel House, etc. En 1999, dix des conseillers du président des Etats-Unis sont Juifs.
· Belgique : Vandervelde, Hymans, etc.
· Russie : Kaganovitch et pratiquement tous ceux qui ont fait et administré la révolution avec ses goulags et ses exécutions.

Quant à l’influence indirecte, elle est idéologique et financière.

La « Jewish Encyclopedia », rédigée par un comité de Juifs, nous donne des précisions flagrantes sur la vie économique de ce siècle et leur puissance. Dès le début de l’ère industrielle, les emprunts nationaux et les emprunts des grandes entreprises, les chemins de fer par exemple, furent financés par les Juifs. Depuis le début du XIXème siècle, ils ont la prépondérance dans le domaine de la finance internationale.

Nous apprenons là aussi que les Stern et les Goldsmid ont financé presque exclusivement le Portugal. Le baron Hirsh a financé les chemins de fer de Turquie. Les Rothschild ceux de France. Strousberg, ceux de Roumanie. Poliakov, Speyer & Cie ceux de Russie. Kuhn Loeb & Cie, sans oublier une partie importante ru réseau ferroviaire américain.

Peut-être la plus grande entreprise contemporaine financée par les Juifs, nous dit l’Encyclopédia, fut la grande digue du Nil, financée par Sir Ernest Cassel.
Dès 1902, de l’aveu des Juifs, leur tribu contrôlait la prépondérance du marché international dans les pays importants. « L’activité des Juifs sur le marché international est directement lié à leur travail comme courtiers en valeurs étrangères, au mouvement mondial des métaux précieux qui sont en majeure partie entre leurs mains ».

Toujours dans l’Encyclopédia : les Rothschild contrôlent le mercure, Barnato Frères et Werner, Bett & Cie contrôlent le diamant. (Postérieurement à cette période, nous savons que Oppenheimer contrôlait le diamant en Afrique du Sud).

Lewisohn et Guggenheim contrôlent le cuivre et dans une mesure importante le marché de l’argent. On peut ajouter que les intérêts Graustein et Dreyfus contrôlent le marché de la pâte de bois et du papier.

Voici comment on peut mesurer puissance d’un seul financier juif toujours tiré de l’Encyclopédie juive : il s’agit de l’exemple de Jacob-H. Schiff qui finança Lénine et Trotsky en 1917. Sous la direction de Schiff, sa firme opéra la reconstruction financière de l’Union Pacific Railroad vers 1897. En 1901, il engagea une bataille contre la Compagnie du Grand-Nord pour la possession de la Northern Pacific Railway. Ceci provoqua une panique à la Bourse (9 mai 1901) dans laquelle la firme Loeb, Kuhn & Cie tint le marché à sa merci. La modération et la sagesse de Schiff en cette circonstance empêchèrent un désastre et firent que sa firme eut la plus grande influence dans le monde financier des chemins de fer. Elle contrôlait plus de 22 000 miles de chemins de fer et $ 1.321.000.000 de stocks pour le matériel ferroviaire. Il a financé de grandes émissions de l’Union Pacific du Pennsylvania Railroad, du Baltimore & Ohio, du Norfolk & Western, du Western Union Telegraph et plusieurs autres. Il a financé et partiellement souscrit les trois grands emprunts de guerre du Japon en 1904 et 1905.

Tout le capital des banques du Canada réunies, représentant les économies de millions de Canadiens, n’arrivait pas à la moitié de la fortune de cette banque Juive, qui représentait la fortune de cinq personnes.

Si les agitateurs Juifs exigent la destruction des banques nationales dépositaires des économies des Canadiens, ils ne parlent jamais de détruire ces monstrueuses banques internationales qui financèrent les révolutions et le communisme.

L’Encyclopédie juive nous apprend aussi que la maison Sasoon, les Rothschild de l’Orient, possède le monopole du marché de l’opium dans le monde, contrôle en Asie de vastes monopoles de textiles, filatures, teintureries, soie, coton, etc. sans compter de puissantes organisations de banques, assurances, courtages, commerce, etc. Les succursales sont à Calcutta, Shanghai, Canton, Hong-Kong, Yokohama, Nagasaki, Bagdad, etc.


La famille juive Pereire, de France, toujours d’après l’Encyclopédie juive, est ramifiée en Espagne et a de puissants intérêts dans de nombreux pays. Voici quelques entreprises qu’elle a fondées ou dont elle a le monopole ou dont elle détient des participations : Crédit Foncier de France, Société Générale du Crédit Mobilier, Chemin de Fer du Midi, Chemin de Fer du Nord de l’Espagne, Gaz de Paris, Omnibus de Paris, Compagnie Générale Transatlantique, Eclairage de Paris, Assurances Union et Assurances Phénix d’Espagne, Chantiers navals de Saint-Nazaire, Crédit Mobilier d’Espagne, Banque de Tunis, Banque Transatlantique, Chemin de fer Paris-Argenteuil-Auteuil, Cie des Quais de Marseille, Gaz de Madrid, Banque Ottomane Impériale, des compagnies ferroviaires en Suisse, Russie, Autriche, Portugal, etc.

La famille Bischoffsheim de Paris et Bruxelles possède : la Société Générale, la Banque des Pays Bas, le Crédit foncier colonial, la Société du Prince Impérial, la Banque Franco-Egyptienne, l’Union du Crédit (Bruxelles), le Comptoir des prêts sur marchandises (Anvers), l’Union du Crédit (Liège), la Banque Nationale, etc.

La famille Strauss de New York contrôle plusieurs banques et institutions financières, les magasins R.H. Macy, la poterie, la verroterie. (Source : Encyclopédie Juive). Seligman Brothers de New York, agent financier du Secrétariat d’Etat de la marine de guerre des Etats-Unis depuis 1876, ont été intéressés à tous les emprunts d’Etat américains. Ils dirigèrent le syndicat qui distribua les bons du canal de Panama en Amérique.

En 1879, les Rothschild et Jesse Seligman absorbèrent à eux seuls l’emprunt de $ 150.000.000 du gouvernement américain. Ils ont géré dans une large mesure les finances de la guerre civile américaine, entre le Nord et le Sud. En 1877, le Juge Hilton refusa de recevoir Seligman et sa famille pour raison raciale, dans son hôtel Grand Union de Saratoga. On estime que cet incident causa la ruine du magasin A.T. Stewart, alors géré par Hilton, et qui par la suite devint la propriété de John Wanamaker de Philadelphie. (Source : Encyclopédie juive)

Il en est ainsi pour tous les pays, qu’il s’agisse des Rothschild,  fabuleusement riches, capables de détruire n’importe quel gouvernement anglais qui oserait les défier, ou qu’il s’agisse de richissimes banquiers internationaux tels que :

· Camondo
· Fould
· Montagu
· Stern
· Bleichroeder
· Warschauer
· Mendelssohn
· Gunzbourg
· Japhet
· Lazard, etc

Auprès d’eux, les Ford, les Mellon, les Carnégie, sont des nains financiers. La presse juive ne nous parle que des financiers chrétiens, mais occulte avec le plus grand soin les noms et la puissance inouïe de ces maîtres-chanteurs internationaux. Leur puissance est hors de proportion avec la population juive et avec la production juive.
La culbute de quelques petits Juifs, dans la catastrophe financière française de Panama, entre autres escroqueries fameuses, met en évidence la taille des plus grands requins :

· Les frères Insull (55 millions)
· Staviski (450 millions)
· Lévy (120 millions)

Les Juifs sont donc les maîtres incontestés de la Haute finance mondiale.# Cela leur permet d’affermir leur contrôle sur les prix des denrées, les organismes internationaux de toutes sortes, la propagande mondiale et les gouvernements. Il est immoral qu’une seule « race »# détienne ainsi tant de puissance sur toutes les ethnies de la terre. Les temps sont révolus. De deux choses l’une : ou bien cette pieuvre colossale sera anéantie ou l’humanité disparaîtra avec la pieuvre. Elle se nourrit de tous les peuples au travail. Les contrôles locaux de la Juiverie (alcool, fourrures, viande, abattoirs, meubles, confection, restauration, or, nickel, papier, etc.) ne représentent qu’une infime partie de sa puissance. La plus grande puissance est celle que la masse ne voit pas, mais dont la triste efficacité éclate chaque jour sous nos yeux, comme les deux guerres mondiales dont la responsabilité leur incombe entièrement. (Traité de Versailles, négocié par les frères Warburg qui ont financé simultanément les belligérants et la révolution bolchevique, déclaration de guerre à Hitler en 1933 par la Juiverie américaine.)


Le Tsar dans le château des Rothschild

Le « Canadian Jewish Chronicle » du 7 septembre 1935 rapporte : « La résidence palatiale des Rothschild fut toujours dans un état de splendeur salomonnienne telle qu’aucun calife n’aurait pu le soutenir sans réduire son royaume à la pauvreté. De fait, au moins la moitié des trésors de la terre sont préservés dans les voûtes des Rothschild. Rothschild exerce sa puissance sur des agences inaccessibles à d’autres mortels. Les rois le craignent et la forteresse de Sébastopol ne serait jamais tombée s’il avait pris fait et cause en faveur de la Russie. Cet homme contrôle la destinée des Nations : C’est le Seigneur d’Israël. »


« Tag »

Le journal juif de New York du 9 avril 1936 déclare : « Les Juifs d’Amérique, à cause de leur nombre, de leurs intérêts et de leur habileté, constituent une grande force politique. Elle leur appartient de droit. Ils vont s’en servir comme ils l’entendront. Que ferez-vous à ce sujet ? »
« Les Juifs doivent vivre »

Dans son livre « Les Juifs doivent vivre », le Juif Samuel Roth n’hésite pas à taxer les Juifs de « Race de vautours » qui persécute toutes les autres nations. Le cas de Samuel Roth est tout à fait édifiant. En 1934, ce Juif de New York, auteur et libraire, a fait éditer un livre de 320 pages, illustré par John Conrad, à la Golden Hind Press. Il avait déjà publié deux livres pour défendre les Juifs contre les antisémites : « Europe » (Liveright, 1919) et « Now and for Ever » (Macbride, 1925). A force d’étudier les raisons pour lesquelles les Juifs avaient toujours et partout été impopulaires, après les avoir examinés et avoir subi leurs coups, Roth changea d’opinion à 180° et donna entièrement raison aux antisémites. Dès que son livre eut paru, les Juifs l’attaquèrent férocement et tentèrent de le faire passer pour fou. Ils n’y réussirent pas. Voici des extraits importants de son livre :

« Disraeli a lancé le mot que les Peuples ont les Juifs qu’ils méritent. On peut dire aussi que les Juifs ont les ennemis qu’ils méritent.

L’histoire des Juifs a été tragique, tragique pour les Juifs eux-mêmes mais elle ne l’a pas été moins pour les peuples qui en ont souffert.

Notre vice principal aujourd’hui comme dans le passé est le PARASITISME.

Nous sommes un peuple de vautours vivant du travail et de la bonne nature du reste du monde. Mais malgré nos défauts nous n’aurions pas fait tant de mal au monde sans le génie du mal qui anime nos chefs. Notre parasitisme pourrait avoir une bonne utilité, considéré comme celui de certains germes parasites essentiels au flot régulier du sang dans les artères. La honte d’Israël ne provient pas de ce que nous sommes des banquiers et les habilleurs du monde, mais de l’hypocrisie et de la cruauté formidables qui nous sont imposées par nos chefs et par nous au reste du monde.

La première de toutes les lois juives et que les Juifs doivent vivre. Il est indifférent de savoir comment, dans quels buts, par quels moyens. Ils doivent vivre et quand ils ne peuvent conquérir par la force des armées, ils retournent à leurs anciennes méthodes de conquête par la tricherie, le mensonge et la séduction (Pimping).#.

Il faut donc réaffirmer que l’antisémitisme est simplement un instinct élémentaire de l’humanité. Il s’agit d’un instinct important par lequel une race cherche à se défendre contre la destruction totale.#

L’antisémitisme n’est pas, comme les Juifs voudraient nous le faire croire, un préjugé agissant. C’est purement es simplement l’instinct de conservation que tout homme apporte avec lui-même en naissant, comme l’instinct qui fait cligner des paupières si quelque chose nous arrive dans l’œil.
L’antisémitisme est un instinct aussi automatique, aussi sûr. De temps immémoriaux les Juifs ont été admis librement et gentiment, presque avec plaisir, par les nations où ils ont voulu se faire admettre. Jamais les Juifs n’ont eu à faire une pétition pour rentrer dans un pays la première fois. Il suffit d’étudier l’histoire de la pénétration juive en Europe et en Amérique pour en être parfaitement convaincu. Partout, ils ont été bien accueillis, on les a aidés à s’établir, et à se mêler aux affaires de la communauté. Mais bientôt des activités du pays se ferment à eux du fait de leurs pratiques injustes. Puis, ils se font ignominieusement expulser du pays. Il n’y a aucune exception dans toute l’Histoire. Il n’existe pas un seul cas où les Juifs n’ont pas mérité pleinement les fruits amers de la furie de leurs persécuteurs. Nous venons dans les nations en prétendant vouloir échapper aux persécutions, nous les plus mortels persécuteurs qui figurent dans les annales du mal.

Le Judaïsme est comme une maladie vénérienne morale. Les résultats pour les peuples qui s’en laissent infecter sont invariablement traîtres et malsains. Si l’on en doute, il suffit de jeter un coup d’œil sur n’importe quel peuple européen aux mains des Juifs. Si vous voulez vous convaincre davantage, jetez un coup d’œil sur ce qui se passe actuellement en Amérique.

A Ustcha, en Pologne autrichienne où je suis né, le Juif Reb Sholom envoyait sa femme tous les dimanches et le jour de Noël à l’église avec la clef de celle-ci et si l’intérêt n’était pas payé, elle refusait d’ouvrir la porte de fer aux fidèles. Dès ma tendre enfance, j’ai appris que la seule raison du Juif dans les affaires était de tirer un maximum du Goy. Quand les Goyim avaient été plumés, alors les affaires étaient bonnes. Plus le mal commis contre un Goy dans une transaction était grand, plus le plaisir paraissait profond au Juif que j’écoutais. Le mépris du Juif pour les Goyim était partie intégrante de la psychologie juive.

Dans l’esprit des Juifs, il n’était pas question de leur supériorité sur les Goyim. L’affaire était simple : ils étaient des Juifs et les Goyim n’étaient que des Goyim. Leur supériorité tient à la possession légale des choses, c’est là qu’elle se trouvait. Ce qui appartenait aux Goyim n’était que possession passagère, que les stupides lois des Goyim tentaient de rendre permanentes. Depuis le début des temps, Dieu n’a-t-il pas voulu que toutes les bonnes choses de la terre appartiennent aux Juifs ? C’est le devoir du Juif de se le rappeler en tout temps, et particulièrement dans ses transactions avec les Goyim.

Les Juifs ne convertissent pas les autres à leur religion parce qu’ils sont particulièrement convaincus qu’ils hériteront toutes les richesses de la terre et ils veulent le moins possible d’héritiers pour partager ces richesses#. Nous méprisons le Goy et haïssons sa religion.
Le Goy, d’après les histoires fredonnées aux oreilles des enfants Juifs, adore bêtement une laide créature appelée Yoisel (Jésus), et affublés d’une dizaines d’autres noms trop hideux pour être répétés. Ce Yoisel avait été un être humain et un Juif. Mais un jour, il devint fou et, dans sa pitoyable démence, annonça qu’il était le Messie lui-même (le reste qu’on peut lire dans le « Sepher Toldoth, Jeshou » ou « Vie de Jésus par les Juifs » est trop blasphématoire pour être reproduit). Cette extraordinaire caricature du fondateur de la religion chrétienne fut pour moi une des plus incroyables aventures de ma vie.

Puisque tous les biens que le Juif voit ont été créés pour enrichir Israël, il doit se trouver à sa disposition un bon moyen de les arracher au Goy grossier qui les détient. Le Juif ne peut vaincre ce sentiment malhonnête. Il s’agit d’un véritable instinct. C’est ainsi que fut élevé le jeune Isaac, et ce qu’un petit Juif a appris, il ne l’oublie jamais. Pour savoir comment est élevé un enfant Juif, il faut vivre dans une maison juive.

Ce qui est fondamental dans la mentalité juive est ceci : la préservation de la culture et religion chez les Juifs est avant tout un paravent. Ce que le Juif désire et espère à travers l’éducation juive est de cultiver chez son enfant la conscience vive qu’il est un Juif et qu’en tant que tel, il doit perpétuer la guerre ancienne contre les Goyim sans jamais s’assimiler. Le Juif doit toujours se souvenir qu’il est un JUIF et rien d’autre et que sa seule allégeance, il la doit au peuple juif. Il peut être un bon Américain s’il est « payant » de l’être. Il peut même poser au bon Chinois. Par contre, aucune obligation contractée avec un Goy ne peut être considérée comme valide si elle va à l’encontre des intérêts de son identité fondamentale. Le jeune Juif apprend d’abord qu’il est un Juif. Ensuite il apprend que le fait d’être Juif le rend différent de tous les peuples de la terre. On imprime fortement au jeune Juif le sentiment qu’il doit être un professionnel.#

Etre obligé de travailler, de faire un labeur manuel pour gagner sa vie, serait le pire état dans lequel il puisse tomber. Il s’agirait d’une situation honteuse et humiliante. Le dédain du Juif pour le travail manuel est une seconde nature, un sentiment inné. Le Juif ne considère par la profession libérale comme les autres peuples. Il n’y a pas de déférence traditionnelle pour la profession. Il la considère (Droit, Médecine) comme le gangster considère un nouveau racket : quel montant il pourra en retirer en échange d’un moindre travail, ce qui ne l’empêche pas, de par ses qualités analytiques et mnémoniques, d’être fort compétent. Que deviennent les jeunes Juifs qui ne peuvent atteindre aux professions libérales ? S’ils n’ont pas les moyens de s’acheter un kiosque à journaux, ou assez d’astuce pour le commerce ?

Ils deviennent alors de petits voleurs, bandits, briseurs de grèves, joueurs de dés, colporteurs et contrebandiers de narcotiques, agents de la traite des Blanches, ravisseurs, et « racketeers » de toutes les communautés paisibles d’Amérique.

Les autres races ont aussi leurs malandrins, mais ils le deviennent par la dure nécessité de la vie : le Juif y voit une carrière. Rien de ce que Juif fait n’est essentiel au bien-être de l’Amérique.# Bien au contraire, on peut dire que tout ce qu’il fait est contraire aux meilleurs intérêts de la nation. Il ne contribue pas même en main d’œuvre au bien être général, si ce n’est de celle qu’il attire dans ses « sweatshops » et dans les traquenards qu’il tend lui-même… En littérature, il ne contribue que par l’obscénité, le journalisme qui fouille dans les affaires intimes, voire le chantage. Cela est bien dans la tradition nationale. Nous sommes encore une nation de paresseux affairés. En affaires, le Juif n’a qu’un code, celui de savoir créer quelque chose de rien, s’enrichir par le marchandage de choses qu’il n’a pas faites.

L’Amérique est remplie de commerces portant des noms chrétiens, mais qui sont en réalités possédés et exploités par les Juifs. Mieux que quiconque, le Juif sait comment déposséder les pauvres et les classes moyennes.# Nous voyons donc le Juif en tant qu’homme d’affaires, promoteur, prêteur, vendeur par excellence, l’auteur et le principal instigateur d’un système de crédit par lequel une usure d’étendue nationale se lève comme un monstre à millions de mains sur des millions de gorges pour étrangler l’honneur et la liberté de mouvement d’un peuple laborieux.

Quand le talentueux poète juif Henri Heine a dit «  le Judaïsme n’est pas une religion mais un malheur », il ne pensait peut-être qu’à son malheur personnel, mais il faut aujourd’hui calculer le malheur pour le monde entier.

Aucune religion au monde n’offre un spectacle aussi contradictoire, aussi malicieux et aussi déraisonnable que la récitation de la prière du Kol Nidré dans les synagogues, le soir de la fête du Yom Kippour. Quelle que soit l’affaire qu’il ait entreprise avec son voisin, matérielle ou morale, le Juif fait comprendre à Dieu à l’avance que ce sera à une condition explicite : l’exécution doit en être favorable à Dieu, sans quoi le Juif la considérera comme nulle, de nul effet, entièrement inutile, comme si elle n’avait été jamais mentionnée, comme si rien à son sujet n’avait été négocié. L’argument spécieux que cette prière est exclusivement de nature religieuse est de toute évidence malhonnête.
Si l’auteur avait voulu comprendre seulement les obligations envers Dieu, il n’aurait pas écrit « les obligations et engagements de TOUS noms ». Il n’y a pas plus de sens et de sincérité dans les autres explications. Par la récitation du Kol Nidré, le Juif nie la responsabilité du crime avant même de le commettre. Peut-on douter de la terrible et malfaisante influence que cela peut exercer sur son caractère de citoyen et d’être humain ?

Nous vivons dans une civilisation radicalement enjuivée. Le sceau de l’esprit et du tempérament juifs ont profondément imprégné nos institutions. Si jamais les Juifs sont expulsés d’Amérique,# ce serait à cause des pratiques méchantes des médecins et avocats Juifs.

Le Juif est un nomade qui a un faible pour l’immobilier. J’entends l’immobilier indépendamment de la terre comme sol à cultiver et à faire fructifier. Le Juif ne connaît qu’un usage de la possession de la terre, ou de toute autre chose : LA SPECULATION. Les peuples civilisés attachent une sorte de sentiment sacré à la possession du sol, une « sainteté » que le Juif violera chaque fois qu’il le pourra. Herzl [le fondateur du sionisme] fut certainement le premier Juif honnête depuis 2000 ans. Un Juif sans démangeaison pour l’argent ou l’immobilier.

La présence des Juifs dans le théâtre (et désormais le cinéma où ils possèdent tout) est un empêchement à son développement spirituel. L’histoire du théâtre et des arts prouve qu’ils n’ont pu fleurir que lorsque les Juifs ne s’en mêlaient pas. A partir du moment où le Juif est entré au théâtre, une sorte d’impotence est tombée sur la scène. En Amérique, le Juif règne sur le théâtre. Pour lui, le théâtre ne signifie que deux choses : un moyen facile de faire de l’argent et un marché de jolies femmes. La maison de passe reçoit ses recrues de l’imprésario et, dans 19 cas sur 2O, ce dernier est un Juif. L’excédent de ces charmantes créatures est expédié avec notre surplus de coton, de patates et de cuivre, au Japon, en Chine, à Panama, en Amérique du Sud et dans tous les ports des régions obscures du Pacifique. Le cinéma en mains juives est devenu un spectacle vulgaire et obscène. (L’industrie cinématographique répand massivement en cette fin du XXème siècle la violence et la pornographie, et agit comme agent de décomposition de toutes les valeurs humaines fondamentales).

Le Juif est physiquement malpropre et il salit tout endroit qu’il habite, # même temporairement. Je dis ceci sans méchanceté, car c’est une constatation de ma propre vie parmi mes congénères. Dans la lutte pour la civilisation, il y a toujours lutte entre le monde et Judas : le monde fait des efforts pour s’élever, mais Judas le tire par en bas. »



Un gouffre infranchissable

Dans un livre « Vous les Goyim » publié en 1924, Maurice Samuels, Juif et chef sioniste écrit : « entre Goyim et Juifs il y a un infranchissable abîme. Votre vie est une chose, la nôtre en est une autre. Cette première différence est radicalement inconciliable : il y a un gouffre qui sépare. Partout où se trouve le Juif, il constitue un problème. Il est une source de malheur pour lui même et pour ceux qui l’entourent.

Partout, les Juifs sont, au suprême degré, des étrangers. Ils sont indiscutablement un esprit étranger dans vos académies. Ils n’acceptent pas vos règles du bien et du mal parce qu’ils ne les comprennent pas. Pour le mode de vie juif, les Goyim sont sans morale. Les deux conceptions de la vie sont essentiellement étrangères l’une à l’autre : elles sont ennemies. Notre Juivisme n’est pas un crédo, c’est une totalité. Un Juif est juif en toutes choses. Nous ne pouvons concevoir une dualité, religion et vie, le sacré et le profane. Je pourrais dire : « Nous et Dieu avons grandi ensemble. Dans le cœur de tout Juif pieux Dieu est un Juif. Seuls les Juifs peuvent comprendre ainsi l’universalité de Dieu. A ma connaissance, je ne connais aucun pays ayant une Histoire et qui n’ait pas été antisémite à une époque ou à une autre.

Vous pourriez dire : « existons côte à côte et tolérons-nous mutuellement ». Mais les deux groupes ne sont pas seulement différents, ils sont opposés par une mortelle inimitié. Dans votre monde un homme doit être loyal à son pays, à sa province, à sa ville. Pour le Juif, la loyauté est une chose incompréhensible.

Nous les Juifs, n’attachons guère d’importance à l’au-delà. Nous remercions Dieu de nous avoir faits différents de vous. L’instinct du Juif est de se méfier du Goy. L’instinct du Goy est de se méfier du Juif. Placés côte-à-côte avec nous, vous êtes des fanfarons, des lâches, des foules vulgaires. Nous ne sommes pas parmi vous de par notre volonté mais à cause de votre action. Nous sommes des intrus parmi vous parce que nous sommes ce que nous sommes et nous avons plus de raisons de vous haïr que vous n’avez de raisons de nous haïr. Juifs libéraux, Juifs radicaux, Juifs modernistes, Juifs agnostiques, deviennent l’élément dominant de la Juiverie. Nous avons produit un nombre incalculable de révolutionnaires, porte-bannière des armées mondiales de la « Libération ».

La répudiation de la religion juive NE CHANGE EN RIEN UN JUIF. Nous les Juifs, les destructeurs, resterons toujours les destructeurs. Rien de ce que vous ferez ne satisfera nos besoins, nos demandes. Nous détruirons toujours parce que nous voulons un monde à nous seuls. »


Les Juifs forment le plus raciste de tous les peuples

Le fait qu’ils ont persisté pendant quatre-vingts générations à maintenir leur identité raciale et spirituelle atteste une discipline constante d’une rigueur et d’une force étonnante.
La Société des Nations, organisation juive

Le gouvernement canadien a engagé le Canada dans la course aux armements en disant que le pays y était obligé parce qu’il a souscrit à l’idée de « Sécurité collective » en faisant partie de la Société des Nations. « Sécurité collective » signifie « guerre collective » lorsque la SDN jugera que ses intérêts l’exigent. Le monde est passé à la lisière de cette guerre collective au moment de l’affaire Italo-Ethiopienne. Si la guerre n’a pas eu lieu, c’est parce que les Britanniques n’étaient pas encore assez armés, comme l’ont dit des hommes d’Etat à cette époque.

Qu’est-ce donc que la SDN ? Quelle est son origine ? Quels sont ses intérêts ?

Laissons les Juifs le dire eux-mêmes.


Dr Klee, Juif

Cet avocat Juif de New York s’est exprimé sur ce sujet parlant en public le 19 janvier 1936 : « La SDN ne fut en aucun cas l’œuvre du Président Wilson. C’est une création essentiellement juive et dont les Juifs peuvent être fiers L’idée en remonte aux Sages d’Israël. C’est un pur produit de la culture juive. »
(voir dans les pages précédentes, ce que dit un banquier Juif de New York sur le rôle de la SDN).

Jesse E. Sampter, Juif

Ce Juif dans «Guide to Zionism » y déclare : « La SDN est un vieil idéal juif. »


Max Nordau, Juif

Ce dirigeant sioniste, cité par le Juif Litman Rosenthal dans son livre « Quand les prophètes parlent » (When prophets speak), s’exprime ainsi au sujet de la SDN : « Bientôt peut-être une sorte de Congrès mondial devra être convoqué. » Ces paroles furent prononcées en 1903. A la même époque Nordau disait : « Laissez-moi vous faire gravir les échelons qui montent plus haut, toujours plus haut : Herzl, le Congrès sioniste, l’offre anglaise de l’Ouganda, LA FUTURE GUERRE MONDIALE, la Conférence de la paix où, avec l’aide de l’Angleterre, sera créée une Palestine libre et juive. »


Nahum Sokolov, Juif

Ce dirigeant sioniste a déclaré à Carlsbad, le 22 août 1922 : « La SDN est une idée juive et Jérusalem deviendra un jour la capitale de la paix mondiale. Ce que nous Juifs avons accompli après un combat de 25 ans, nous le devons au génie de notre chef immortel, Théodor Herzl. »
Lucien Wolf, Juif

Dans son rapport à l’American Jewish Congress sur ses travaux comme plénipotentiaire Juif à la Conférence de la Paix : « Si la SDN sombrait, tout l’édifice si laborieusement échafaudé par les délégations juives d’Angleterre et d’Amérique en 1919 s’écroulerait. »


Lennhorr, Juif

Dans le « Wiener Freimaurer Zeitung » No 6, 1927, ce Juif déclare : « On a raison de rapprocher la franc-maçonnerie (instrument Juif), de la SDN, La SDN est née des idées maçonniques. »


« Judische Rundschau »

Ce journal juif, dans son No 83 paru en 1921, déclare : « Le siège exact de la SDN n’est ni Genève ni La Haye. Ascher Ginsberg a rêvé d’un temple sur le Mont de Sion où les représentants de toutes les nations iront visiter un temple à la paix ; la paix éternelle ne sera un fait réel que lorsque tous les peuples de la terre seront allés à ce temple. »


Sir Max Waechter, Juif

S’exprimant devant le London Institute en 1909 : « Tous les Etats devront se réunir et dresser la Constitution d’une fédération des pays d’Europe sur la base d’un seul tarif, d’une seule monnaie, d’une seule langue, d’une seule frontière. »

Remarque de l’auteur à ce propos : En 1999 nous y sommes déjà avec la ruine de l’Europe, un chômage monstrueux. Pour «une seule langue », ils auront du mal. Ce qui caractérise l’idéal juif, c’est qu’il est biscornu ou complètement dément : tout ce qui se fait actuellement en Europe converge vers la ruine et le néant. Une Europe certes, mais pas une Europe juive de la banque et des technocrates manipulés par une finance qui ne rendra aucun compte à personne et ne laissera plus aucune initiative nationale. Une Europe des Nations conservant toutes ses caractéristiques nationales et non un peuple de vachers en blue-jeans, masse informe de la Haute finance.


Lénine, Juif

Il écrivait en 1915 dans le « Social démocrate » No 40, journal juif russe : « Les Etats-Unis du monde et non seulement de l’Europe, seront réalisés par le Communisme qui amènera la disparition de tous les Etats même de ceux qui sont purement démocratiques. »

Emil Ludwig, Juif

Dans son ouvrage « Génie et Caractère », l’écrivain juif déclare : « Quand les Etats-Unis d’Europe seront une réalité, Woodrow Wilson en sera nommé le fondateur par le peuple (parce qu’il a suscité la SDN). » #


Au grand convent Maçonnique International

A l’occasion de cette réunion qui s’est tenue les 28, 29, et 30 juin 1917, avant même que l’on pensât officiellement à la SDN, les Juifs et Maçons proposaient ceci : « Il convient de construire la cité heureuse de demain. C’est à cette œuvre vraiment maçonnique que nous avons été conviés. Que constatons-nous ? Cette guerre s’est transformée en une formidable querelles des démocraties organisée contre les puissances militaires et despotiques.

Dans cette tempête le pouvoir séculaire des tsars de la Grande Russie a déjà sombré. D’autres gouvernements seront emportés à leur tour, par le souffle de la liberté. Il est donc indispensable de créer une autorité supra-nationale. La Franc Maçonnerie, ouvrière de la paix, se propose d’étudier ce nouvel organisme : la Société des Nations. »


Au convent du Grand Orient

Selon le compte rendu officiel publié en 1932, page 3 : « N’est-ce pas au sein des Loges que jaillit l’étincelle qui provoqua l’éclosion de la SDN, du Bureau International du Travail et de tous les organismes internationaux qui constituent l’ébauche laborieuse mais féconde des Etats-Unis d’Europe et peut-être du monde ? » #


Au congrès de l’American Jewish Committee

Selon le Jewish Communal Register de 1918 (Source : Jewish Guardian du 6 février 1920), lors du congrès de 1909, l’American Jewish Committee s’est opposé avec succès au projet de loi qui demandait que les questions du recensement s’informent de la race des habitants de Etats-Unis.





La Conférence de la Paix

Cette conférence où s’élabora le Traité de Versailles (1919) fut un triomphe pour les droits des Juifs grâce à l’influente la délégation anglo-juive. Le Traité de Berlin (1818) fut acclamé pendant plus de quarante ans comme la Charte d’émancipation des Juifs en Europe Orientale, mais sa grandeur est rejetée dans l’ombre maintenant par l’œuvre splendide de la récente Conférence de la Paix en faveurs des minorités juives dans les Etats de la nouvelle Europe. La solennelle réunion des Nations à Paris offrait une occasion en or pour résoudre la vieille question juive de l’Est. La communauté juive a promptement mesuré la grandeur de la chance qui s’offrait à elle et l’a aussitôt saisie des deux mains. Quand on sait que ces mains étaient celles de Monsieur Lucien Wolf, qui a passé une année presque entière à tirer efficacement les ficelles à Paris, l’on comprendra que les travaux de la délégation anglo-juive à la Conférence de la Paix ont été couronnés par un complet et éclatant succès.



La Franc-Maçonnerie, instrument juif

Si l’on refuse l’accès à un Juif n’importe où, alors se déclenchent les hurlements contre l’antisémitisme. Par contre au nom de l’antiracisme, le B’nai B’rith, loge maçonnique, n’est ouverte qu’exclusivement aux Juifs. C’est la loge maçonnique qui contient le plus d’adhérents. (5 à 600.000 en 1999).

Les Juifs présentent la maçonnerie comme une institution de bienfaisance apolitique. Cette déclaration lénifiante est d’autant plus absurde que de nombreux juifs importants n’ont pas caché qu’il s’agissait d’une organisation qu’ils manipulaient dans des buts qu’ils ne cachaient pas non plus. Quant à leur action, n’importe qui peut voir qu’elle est politique et la démonstration la plus simple et la plus spectaculaire a été la déclaration publique de la maçonnerie qui exige que tous les partis refusent la moindre alliance avec le Front National, alors que ce parti est le seul qui présente un programme contre la décomposition générale et pour la restauration des valeurs élémentaires.

Si la Juiverie contrôle toutes les monnaies nationales en contrôlant l’or, si elle contrôle le prix des matières premières et des denrées alimentaires par ses grands organes de commerce international, si elle contrôle l’opinion mondiale par l’édition, la presse et le cinéma, si elle contrôle le prolétariat par les internationales socialistes, elle contrôle aussi la foule des politiciens et hommes d’affaires de tous les pays par la Maçonnerie. Elle contrôle l’alimentation industrielle qui dégénère l’organisme, par la chimification massive des produits. Les Papes ont toujours nommé la Franc-Maçonnerie « La synagogue de Satan ». Ce n’est pas par hasard que le mot « synagogue » est ainsi utilisé. La Franc-Maçonnerie a comme finalité fondamentale la déchristianisation et la judaïsation.
Elle impose l’école laïque, c’est-à-dire en réalité athée,# partout où ses membres prennent le pouvoir. Elle prêche à ses fidèles le culte du « Grand Architecte de l’Univers », divinité impersonnelle façonnée par les rabbins et ignore le Dieu chrétien de la Sainte Trinité. Le but avoué de la Franc-Maçonnerie est « la reconstruction du Temple de Salomon » c’est-à-dire du temple mondial judaïque sur les ruines de toutes les autres religions. La Franc-Maçonnerie a aidé les Juifs à prendre la Palestine aux Arabes. Elle force le gouvernement anglais à employer la force des armes pour y assurer la puissance juive ; elle a entrepris de forcer l’Angleterre à en faire un dominion autonome pour les Juifs. Elle aidera bientôt à y faire reconstruire le Temple de Salomon sur les débris du Nouveau Testament, si elle le peut. Elle y est pratiquement parvenue en 1999.


Benjamin Disraeli, Juif

Dans son roman « La vie de sir George Bentinck », Benjamin Disraeli, le faiseur d’empire, qui fut Premier ministre de la reine Victoria (elle lui devait son titre d’impératrice des Indes), nous le confirme : « A la tête de toutes ces sociétés secrètes qui forment des gouvernements provisoires se trouvent des Juifs. »


« La Vérité israélite »

Ce journal juif a publié en 1861 un point de vue intéressant sur la Franc-Maçonnerie, (Tome V, page 74) : « L’esprit de la Franc-Maçonnerie, c’est l’esprit du Judaïsme dans ses croyances les plus fondamentales. Ce sont ses idées, c’est son langage, c’est presque son organisation. L’espérance qui éclaire et fortifie la Franc-Maçonnerie est celle qui éclaire et fortifie Israël. Son couronnement sera cette merveilleuse maison de prière de tous les peuples, dont Jérusalem sera le centre et le symbole triomphant. »


Bernard Shillmann, Juif

Dans « Hébraic influences on masonic symbols » (Influences hébraïques sur les symboles maçonniques), publié en 1929, et cité par « The Masonic News » de Londres, Bernard Shillmann tient les propos suivants : « Quoique je n’aie aucunement traité des influences hébraïques sur tout le symbolisme de la Franc Maçonnerie, j’espère avoir suffisamment prouvé que la Franc-Maçonnerie en tant que symbolisme, repose entièrement sur une formation qui est essentiellement juive. »

Bernard Lazare, Juif

Dans « L’antisémitisme et ses causes », page 340, il déclare : « Les loges martinézistes [Loges fondées par le Juif portugais Martinez de Pasqually] furent mystiques, tandis que les autres ordres de la Franc-Maçonnerie étaient plutôt rationalistes, ce qui peut permettre de dire que les sociétés secrètes présentèrent les deux côtés de l’esprit juif : Le rationalisme pratique et le panthéisme. Ces tendances parvinrent au même résultat : l’affaiblissement du catholicisme. »


Ludwig Blau, Juif

Ce rabbin, docteur en philosophie, professeur au collège talmudique de Budapest (Hongrie), déclara : « Le gnosticisme juif précéda le christianisme. C’est un fait digne d’être noté que les chefs des écoles gnostiques et les fondateurs de systèmes gnostiques (dont est issue la Franc-Maçonnerie), sont désignés comme Juifs par les Pères de l’Eglise. »


Isaac Wise, Juif

Ce rabbin a déclaré, dans « The Israelite of America » du 3 août 1866 : « La Franc-Maçonnerie est une institution juive dont l’histoire, les degrés, les charges, les mots d’ordre et les explications sont juifs du commencement à la fin. »


Bernard Lazare, Juif

« Il est certain qu’il y eut des Juifs au berceau de la Franc-Maçonnerie. Certains rites prouvent qu’il s’agissait de Juifs cabalistes. »


« The Jewish Historical society »

D’après cette société d’histoire juive (Source :Transactions of Vol 2, page 156) :
« L’écusson de la Grande Loge d’Angleterre est entièrement composé de symboles juifs ».


« The Free Mason Guide »

Dans cet ouvrage publié à New York en 1901, on apprend que : « Les Francs-Maçons érigent un édifice dans lequel le Dieu d’Israël vivra pour toujours ».




« Encyclopedia of Freemasonry »

Dans cet ouvrage publié à Philadelphie en1908, on apprend que : « Chaque loge est, et doit être un symbole du temple juif ; chaque maître dans son fauteuil, un représentant du roi juif ; chaque Franc-Maçon, un représentant du travailleur juif. »



Rudolph Klein, Juif

S’exprimant dans « Latomia », du 7 août 1928, une publication maçonnique, Rudolph Klein déclare : « Notre rite est juif du commencement à la fin : le public devrait en conclure que nous avons des liens directs avec la juiverie. »



Rev. S. Mac Gowan

Dans « The Free-Mason » de Londres, publié le 2 avril 1930, cet ecclésiastique déclare : « La Franc-Maçonnerie est fondée sur l’ancienne loi d’Israël. Israël a donné naissance à la beauté morale qui forme la base de la Franc-Maçonnerie. »



« Le Symbolisme »

Extrait de ce journal maçonnique, (Paris, juillet 1928) : « La tâche la plus importante du Franc-Maçon est de glorifier la race juive. Vous pouvez compter sur la race juive pour dissoudre toutes les frontières. »



« The text book of Free-Masonry »

Dans ce lexique publié à Londres, se trouve, page 7, la definition suivante : « L’initié du rite du maître est appelé un humble représentant du roi Salomon. »



« Alpina »

L’indication suivante figure dans cette revue qui est l’organe officiel de la Franc-Maçonnerie suisse : « Allez dans la Galerie des Glaces à Versailles, là vous pourrez lire l’immortelle déclaration des Droits de l’homme (Traité de Versailles). C’est notre œuvre : des symboles maçonniques décorent l’en-tête du document. »

« Les Constitutions d’Anderson »

Dans le texte fondateur de la Franc-Maçonnerie moderne « That which was lost. A treatise of Free-Masonry and the English mystery » élaboré par James Anderson en 1723, on trouve, page 5, l’explication suivante : « Il est facile maintenant mais aussi injuste de critiquer les fondateurs pour avoir introduit les traditions judaïques dans la Franc-Maçonnerie. Ils avaient fait un grand pas en supprimant le Nouveau Testament pour l’avantage de l’harmonie entre Chrétiens et Juifs. »



Samuel Untermeyer, Juif et Franc-Maçon

Lors d’une une réunion rapportée par « The Jewish Chronicle » du 14 décembre 1934, Samuel Untermeyer fait approuver la résolution suivante : « Le boycott de l’Allemagne par les Juifs devra être continué jusqu’à ce que le gouvernement allemand ait rendu aux Loges leur statut et leurs propriétés dont elles ont été dépouillées. »



Findel, Juif et Franc-Maçon

Citation extraite du livre « Die Juden als Freimaurer » (Le Juif en tant que Franc-Maçon), écrit par le Juif et Franc-Maçon Findel : « Il s’agit moins d’une lutte pour les intérêts de l’humanité que d’une lutte pour les intérêts et la domination du judaïsme. Et dans cette lutte, le judaïsme se révèle comme la puissance dominante à laquelle la Franc-Maçonnerie doit se soumettre. Il n’y a rien là qui doive nous étonner, car d’une manière cachée et soigneusement déguisée le Judaïsme est déjà en fait la puissance dominante dans maintes grandes loges d’Europe.

En ce qui concerne l’Allemagne, il ne faut pas oublier que le Judaïsme est maître des marchés financiers et commerciaux, maître de la presse à la foi politique et maçonnique, et que des millions d’Allemands sont financièrement ses débiteurs. »



« The Jewish Tribune »

Journal publié à New York. Extrait de l’édition du 28 octobre 1927, Vol. 97, N°18 : « La Franc-Maçonnerie est basée sur le Judaïsme. Eliminez les enseignements juifs du rituel maçonnique et que reste-t-il ? »



« L’Encyclopédie juive »

Edition de 1903, Vol. 5, page 503 : « Le langage technique, le symbolisme et les rites de la Franc Maçonnerie sont remplis d’idées et de termes juifs… Dans le rite écossais, les dates des documents officiels sont désignés suivant le calendrier et les mois de l’ère juive et on fait usage de l’ancien alphabet hébraïque. L’influence du Sanhédrin Juif est plus grande que jamais aujourd’hui dans la Franc-Maçonnerie. » (Repris par O. B Good, M. A. « The Hidden Hand of Judah » (La main cachée de Juda), 1936.


« B’nai B’rith Magazine »

Citant le rabbin et maçon Magnin, (Vol. 43, page 8) : « Les B’nai B’rith ne sont qu’un pis-aller. Partout où la maçonnerie peut avouer sans danger qu'elle est juive dans sa nature comme dans ses desseins, les Loges ordinaires suffisent à la tâche. »
Note : les B’nai B’rith, rappelons-le, sont des Loges interdites aux Goyim et où par conséquent seul les Juifs peuvent être admis. En 1874, Albert Pike (pour le rite écossais) signa une alliance avec Armand Lévy (pour les BB), et par ce traité secret, les BB s’engageaient dans une proportion de 10% de leur revenu à contribuer à la Franc-Maçonnerie universelle.



* * * *

38 commentaires:

Anonyme a dit…

Malade mental, va !

Anonyme a dit…

ouais,vraiment un blog de taré... Quant la FM, si elle est nauséabonde, ton Furher était un grand adepte de fatras ésotérique qui ne vaut pas mieux.
Sans parler de Julius Evola, fondateur du Groupe d'Ur, dont la Kabbale était une composante non négligeable.
Je me demande ce qu'il y a dans ton cerveau...

Anonyme a dit…

When someone writes an ρiеce of ωriting he/ѕhe retains thе
image of a user in his/heг mіnd thаt how а user can underѕtand
іt. Therefoгe that's why this piece of writing is perfect. Thanks!
Also see my web site :: http://www.prweb.com/

Anonyme a dit…

Fine wау оf telling, anԁ fastidіous ρаragгaph to gеt infoгmаtiοn abοut my presеntаtiоn ѕubject mаtter,
whiсh i аm going tо deliνer in aсademy.
Also visit my page v2 cigs reviews

Anonyme a dit…

I am eхtгemely imρreѕsed ωіth youг wrіting ѕkills as well
as ωith the lауout on your weblog.

Is thіs a pаid theme or did yοu modify іt yοursеlf?

Anyway kеep up thе excellent qualіty ωгiting,
іt is rare tо sеe a great blog like this οne these days.


Feel free tо visit my wеbsite - http://www.prweb.com/

Anonyme a dit…

[url=http://aluejxfttk.com]gtSaMiJGviLiu[/url] - SQykVpAGKjK , http://pyfnknfrtw.com

Anonyme a dit…

Thanks for some otheг informatіνe websіte.
The plаce else may I get that type of infο wгitten in ѕuch a pегfеct ωaу?

І haѵе a unԁertaking thаt I'm simply now operating on, and I'vе
been on the glance out for ѕuch information.

Feel frеe tо suгf to my web site; V2 Cigs Reviews

Anonyme a dit…

Why userѕ stіll mаke use of to reаd news papers ωhen in this technological globe all is
pгesented on web?

mу hοmepage; V2 Cigs Review
my website > please click the next document

Anonyme a dit…

Pretty nice pοst. I just stumbled upon уour blog аnd wished
tо say that I've truly enjoyed surfing around your blog posts. In any case I'll be subscribing tο your rsѕ feeԁ and Ӏ hoρe yοu write agаin very soon!


Fееl freе tο visit mу webpаge - Www.Wpfp.info

Anonyme a dit…

If you aгe gοing for finest cоntеnts like
myself, simply pay a visit this ѕite all the time
sinсе it offers featuге сontentѕ, thanks

my ѕite - V2 Cig Review
My site: http://www.guf.ie/index.php/member/6560/

Anonyme a dit…

Hello my loved οne! I want to ѕay that thіѕ post іѕ awesomе, gгeat written
and inсlude аppгoxіmately all impοrtant infoѕ.

I'd like to look extra posts like this .

Feel free to visit my blog post: Click through the Following page

Anonyme a dit…

Τhanks for sharing youг thoughts abοut odіoso.
Regarԁs

Also vіѕit my page Mediawiki.demo.ru.fstest.ru

Anonyme a dit…

Thank you, I hаve recently been seaгсhing for informatіοn about thіs
tоpiс fог ages and уourѕ
іs the best Ι've came upon till now. However, what in regards to the bottom line? Are you positive in regards to the supply?

Visit my homepage :: pulsed light

Anonyme a dit…

My developеr is tгyіng to ρeгsuade mе to move to .
nеt from PHP. I hаve alωayѕ ԁіsliκeԁ thе idеa because of thе costs.
But he's tryiong none the less. I'νe been usіng Mοvable-tуpе
οn variоus ωеbsites foг аbοut a уear and am аnxious
about sωitсhing tο another platfoгm.

ӏ have heard grеаt things аbout blogenginе.
net. Is there a ωaу Ι cаn tгаnsfеr all my
worԁрress posts into іt? Any help woulԁ bе grеatly aρpreciated!



Αlso vіsit my web ѕіte - simply click the up coming website page

Anonyme a dit…

Thаnks for sharing yοur thoughts abоut peгdition.

Regarԁs

Look intо mу ωeb рage :: hair growth

Anonyme a dit…

Yοur style is sо unique compareԁ
to other folks I have read ѕtuff frоm.
Thаnks for рoѕtіng when you've got the opportunity, Guess I'll just booκ marκ this blog.



Also visit my website ... cybernet4u.com

Anonyme a dit…

That is a really good tip espеciallу to those
new to thе blogosрhегe.

Simрle but very precise іnformation… Thank
you fοr sharing this οnе. A must read post!


Look into my рage - mouse click the up coming internet site

Anonyme a dit…

With haѵin sο much cоntеnt ԁо you eveг run
into any pгoblems of plаgοrіsm
οг сοpyrіght violatiοn?
My blοg hаs a lot of unique сontent I've either created myself or outsourced but it appears a lot of it is popping it up all over the internet without my authorization. Do you know any methods to help prevent content from being ripped off? I'd defіnitеlу appreciate it.


Μу ρage ... prweb.com

Anonyme a dit…

Trilastin iѕ truly rеcognized to aіd get rіԁ of
these marks ωhich are caused bу physіque сrеating and prеgnancy.


Stop by my wеbsite; http://www.prnewswire.com/news-releases/trilastin-review-and-latest-coupon-code-savings-released-at-awesomealldaycom-190256601.html

Anonyme a dit…

gгeat post, veгy informative. ӏ ponԁer why the οtheг speciаlіsts of thіs sector ԁon't notice this. You must proceed your writing. I'm sure, yοu've a huge readers'
bаse alгеady!

Hеre is my homepage ... Silk'N Sensepil Coupon

Anonyme a dit…

Hеllο, i гead yοur blog occasionallу anԁ i
own a similar one and i ωas ϳust
ωοndering if you get a lot of spam remаrks?

If so how ԁo you prevent it, any ρlugin
or аnything уou can advise? I get sο muсh lately
it's driving me crazy so any assistance is very much appreciated.

Feel free to visit my page: http://www.prweb.com/releases/silkn/sensepilreview/prweb10193901.htm

Anonyme a dit…

Нello і am kavіn, іts my fіrst time to commentіng anywhere, when i read this
paragraph i thought i сould alsο creаte сomment due
to this sеnsіble paragraph.

Feel fгeе to surf to mу web-site - http://www.sfgate.com/business/prweb/article/V2-Cigs-Review-Authentic-Smoking-Experience-or-4075176.php

Anonyme a dit…

Aside from, as it is a non-invasive treatment it does
not have any side consequences. In executing so, much more significant consequences can be
averted.

Feel free to surf to my webpage; flex mini review

Anonyme a dit…

It is the best time to make some plans for the future and it is time to be happy.
I have read this post and if I could I desire to suggest you some interesting things or advice.
Maybe you could write next articles referring to this article.

I desire to read more things about it!

Visit my homepage: Learn More

Anonyme a dit…

ӏ haѵе been surfing online mоre than
three houгs todaу, yet I nеѵer founԁ any inteгestіng аrticle like
yours. It iѕ рretty worth enough for
mе. In my opinion, if all website оwners and bloggers
made good сontent as you did, the internet
will be muсh more uѕеful than ever beforе.



Also visit my web-site home-page

Anonyme a dit…

FlexBelt claimed they have been cleared by the Food and drug administration.
Total reduction of suffering and symptoms was received in 90% of
the individuals.

Here is my weblog; flex mini reviews

Anonyme a dit…

Usually I do not learn post on blogs, however I would like to say that this write-up very compelled me to try and do it!
Your writing style has been amazed me. Thanks, quite great article.


Also visit my site :: Christian Louboutin UK

Anonyme a dit…

It's remarkable to pay a visit this web page and reading the views of all colleagues regarding this article, while I am also keen of getting knowledge.

Also visit my web site; Louis Vuitton Bags Outlet

Anonyme a dit…

Admiring the dedication you put into your site and detailed information you offer.
It's awesome to come across a blog every once in a while that isn't the same outdated rehashed information.
Wonderful read! I've saved your site and I'm adding your RSS feeds to my Google account.


Feel free to visit my web page ... Michael Kors Outlet

Anonyme a dit…

It's an awesome article in favor of all the online visitors; they will obtain advantage from it I am sure.

Also visit my website: mouse click the up coming website page

Anonyme a dit…

I am regular visitor, how are you everybody?
This piece of writing posted at this website is genuinely pleasant.



Here is my blog post - Louis Vuitton Handbags []

Anonyme a dit…

It's a shame you don't have a donate button!

I'd definitely donate to this outstanding blog! I guess for now i'll settle for bookmarking and adding your
RSS feed to my Google account. I look forward to brand new updates and
will share this site with my Facebook group. Talk soon!


my site: Tory Burch Handbags []

Anonyme a dit…

Does your blog have a contact page? I'm having trouble locating it but, I'd like to send you an e-mail.
I've got some recommendations for your blog you might be interested in hearing. Either way, great blog and I look forward to seeing it develop over time.

Feel free to surf to my homepage - Louis Vuitton Handbags Outlet

Anonyme a dit…

Hi there everyone, it's my first go to see at this site, and article is in fact fruitful in support of me, keep up posting these posts.

Have a look at my web-site: Sac A Main Louis Vuitton

Anonyme a dit…

That is very fascinating, You are an overly skilled blogger.
I have joined your rss feed and look ahead
to looking for extra of your magnificent post. Additionally, I have shared your site in my social networks

Here is my web site Nike Air Max ()

Anonyme a dit…

Spot on with this write-up, I absolutely believe this site needs much more attention.
I'll probably be back again to see more, thanks for the advice!

Here is my blog post; monoaural beats

Anonyme a dit…

Great beat ! I would like to apprentice while
you amend your website, how could i subscribe for a weblog web site?
The account aided me a acceptable deal. I had been tiny bit familiar of this your broadcast offered
shiny clear concept

my web site ... Wholesale Jerseys :: nysacpr.org ::

Anonyme a dit…

Write more, thats all I have to say. Literally, it seems as though you relied on the video to make
your point. You clearly know what youre talking about, why waste your intelligence on just posting videos
to your blog when you could be giving us something enlightening to read?


Also visit my web page; Nike Free Run

Une erreur est survenue dans ce gadget