mercredi 28 juillet 2010

14

XIV
La cour de la synagogue, les bâtiments et
les institutions juives qui s'y trouvent, sont
encore autant de questions dignes d'examen.
Dans toute communauté juive, la synagogue
doit être entourée d'une cour plus ou moins
spacieuse, afin que les bâtiments qui servent
à différentes institutions puissent y trouver
place. Et d'abord nous parlerons des lieux appelés
communs, qui doivent être vastes, construits
et entretenus par le Kahal.
En analysant l'une après lautre toutes les
institutions accessoires de la synagogue, qui
doivent se trouver à sa proximité et absolument
dans la cour où elle est située, on comprendra
pourquoi nous avons commencé par
ces endroits, dont généralement on ne men
tionne l'existence qu'indirectement, et tout à
fait à la fin.
Sous la dénomination de cour de la synagogue,
on entend une surface de terrain plus
ou moins spacieuse située dans le quartier habité
par la population juive, où doivent se
trouver :
1° Le Beï-Haknest (la synagogue principale);
2° Le Bet-Gamidrasch (la maison de prière
et l'école) ;
3° Le Bet-Hamerhatz (les bains à vapeur);
4° Le Bet-Hakahal (la chambre de Kahal);
5° Le Bet-Dine (tribunal judiciaire) ;
6° Le Hek-Dech (refuge pour les pauvres).
Quoique, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur,
la synagogue soit pour les Juifs le principal
endroit de la prière, néanmoins, le plus ordinairement,
ce bâtiment n'étant pas chauffé, ne
sert pour les réunions de tous les fidèles que
dans les grandes cérémonies religieuses, par
exemple Rosch-Haschana, Yoiri'Kipour, etc.,
ou bien à l'occasion de l'arrivée d'un person
nage marquant, tel qu'un chantre illustre, le
grand rabbin, un fameux prédicateur, etc.
Dans toutes les autres circonstances , les
prières se récitent dans la maison où est situé
Bet-Garaidrasch, qui a encore d'autres
destinations. Ainsi, c'est là que les savants
Juifs interprètent la science du Talmud ; c'est
là qu'après la prières les différentes confréries
tiennent leurs séances; c'est là aussi que
les pauvres interprètes du Talmud, qui s'adonnent
exclusivement à cette science et par conséquent
ne peuvent rien gagner pour payer
un loyer, trouvent refuge le jour et la nuit;
c'est là que sont discutées les questions sociales
en général, et c'est là enfin que se trouvent
la bibliothèque publique et les livres des
différentes confréries.
Tout à côté de la synagogue et du Bet-Ga.-
midrasch sont situés les bains de vapeur, ainsi
que les bains ordinaires. Autour de ce centre
se trouvent les maisons privées de la prière
Eschahots, Talmudors, Klaouz, etc., qui, à
un degré moindre, ont la même destination
que le Bet-Gamidrasch. Ensuite vient la
chambre du Kahal, dont l'autorité, les actes,
l'implacable surveillance sur toute action juive,
ainsi que le machiavélisme, sont connus déjà
par les documents traduits du Livre sur le
Kahal de Brafmann et cités à la suite de plusieurs
chapitres de ce travail.
A proximité du Kahal se trouve un conseil
analogue à l'ancien Senedrion, qui se perpétue
ainsi jusqu'à nos jours sous la tutelle du
Kahal et qui forme sa section de justice... c'est
Bet-Dine (dont nous parlerons plus amplement
au chapitre prochain), ayant à sa tête son rabbin
ou son Rasch-et-Dine (président), dont la
famille doit être installée dans un local du bâtiment.
Ensuite vient Hek-Dech, ou le refuge pour
les vagabonds juifs, qui sont d'une repoussante
saleté et dont la vue et la société répugnent
même à ces pauvres qui, n'ayant pas
de logement, cherchent un refuge dans Det-
Ganiidrasch, Eschabot, Talmudor.
On voit donc que dans la cour de la synagogue
doivent se trouver de vastes communs
construits et entretenus par le Kahal. Brafmann
cite dans son Livre sur le Kahal trois
documents qui se rapportent à tout ce qui a
été dit dans ce chapitre. Nous ne citons pas
les deux premiers comme moins intéressants ;
quant au troisième, classé sous le n° 30,
il se trouve à la suite du chapitre XIII.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget