mercredi 28 juillet 2010

17

XVII
Nous allons faire connaître le Kabolat-
Kinion ou Souder, c'est-à-dire la manière dont
se font les ventes et les achats entre les Juifs.
Dans l'antiquité la plus reculée, il existait
chez les Juifs un usage assez bizarre : lorsqu'un
Juif vendait à un autre soit une propriété,
soit un objet quelconque,de n'importe
quelle valeur, grande ou petite, l'acheteur
ôtait son soulier et l'offrait au vendeur.
Talmud a introduit dans ses lois quelque
chose d'analogue à cet ancien usage, bien entendu
en ajoutant à cette analogie autant de
signification et de force qu'il avait lhabitude
d'en appliquer à toutes les dispositions émanant
de lui et concernant la vie spirituelle,
matérielle et pratique des Juifs. Ainsi, lorsque
de nos temps une vente s'effectue entre deux
Juifs, on applique la loi de Kabolat-Kinion,
telle que le Talmud l'a introduite, et qui consiste
dans la forme suivante : l'acheteur ou son
chargé d'affaires offre au vendeur le pan de sa
longue soutane, ou un mouchoir, en lui adressant
ces paroles : « Prends ce pan de ma
robe ou ce mouchoir, en échange de la terre,
maison ou tout autre objet que tu me vends ou
dont tu me fais cadeau. » Lorsque le vendeur
touche avec sa main le pan de la robe ou le
mouchoir présenté, l'acte de vente et d'achat
est irrévocablement accompli, quand même
l'acheteur n'aurait pas encore payé et ne serait
pas entré en possession de l'objet qu'il vient
d'acheter. Que la propriété se trouve à une
grande distance, que l'objet vendu soit encore
en possession d'une troisième personne éloignée,
si la formalité a été remplie de la manière
citée plus haut, aucune des parties contractantes
ne peut, ne doit se dédire ; ainsi le
veut la loi du Talmud. On voit par là que le
Kabolat-Kinion n'est point une simple formalité
chez les Juifs, et que Talmud cache un
sens cabalistique en l'interprétant de la manière
suivante :
« Si le vendeur touche le pan de la soutane
ou le mouchoir que lui offre l'acheteur, cela
doit signifier que le vendeur cède à l'acheteur
la jouissance matérielle de l'objet vendu, et
par conséquent que l'acheteur entre dans un
lien indissoluble avec cet objet. »
Il est certain que cette interprétation talmudique
ne peut être compréhensible à celui
qui n'est pas au fait de la science du Talmud,
et on ne peut deviner quel rôle joue dans ce
cas le pan de la longue robe noire que portent
les Juifs, ou bien le mouchoir.
Si cependant on veut entrer dans le sens
que le Talmud donne à cette cérémonie, en
admettant « que le pan de la robe ou le mouchoir
représente la somme d'argent que l'acheteur
doit payer pour l'acquisition de l'objet
vendu, et que le vendeur, au lieu de remettre
cet objet, touche le pan de la robe noire ou le
mouchoir représentant la somme convenue »,
alors réellement les deux parties ont établi
un lien matériel avec l'argent et l'objet
vendu... bien entendu, toujours selon la profonde
et cabalistique science du Talmud.
Peu importe d'ailleurs que la cérémonie ap
pelée Kabolat-Kinion vienne d'une antiquité
reculée ou qu'elle puise son origine dans la
cabalistique profondeur de l'océan talmudique;
il suffit de savoir que cette cérémonie avait
pris racine chez les Juifs des temps anciens et
a conservé tout son prestige jusqu'à nos jours.
Il y a seulement cette observation à ajouter,
que le Kabolat-Kinion n'est appliqué que
lorsqu'il s'agit de la vente et de l'achat effectué
entre deux Juifs particuliers : car les ventes
pratiquées par le Kahal aux individus juifs
sont entourées d'une telle auréole d'infaillibilité
qu'il n'est permis à personne d'en
douter (1).
Brafmann, dans son Livre sur le Kahal,
cite huit dispositions du Kahal qui se rapportent
à la cérémonie de Kabolat-Kinion ;
mais comme elles sont moins curieuses, nous
ne les avons pas traduites, mentionnant seulement
que, dans les documents cités à la suite
du chapitre viii et marqués par les n° 100 et
102, il est question de la cérémonie de Kabolat-
Kinion.
(1) Hoschen-Hamischpot, ch. xxii, p. l,et Techaubol-
Garoche, §21.]

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget